Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Ethologue - Ethologie - Loup
Le langage vocal du loup 04/02/2012 [Lu 935 fois]
Langage vocal :
« Le chant des loups devient comparable à une fanfare militaire qui donnerait le nom du général commandant la troupe et de celui de tous ses officiers et soldats » Paul Emile Victor
 

Cri_loup_wolf_howling_03

« Chaque nuit, à neuf heures, à minuit, à trois heures du matin, ils faisaient entendre un chant nocturne, étrange et fantastique, auquel Buck était heureux de se joindre. Quand l’aurore boréale brillait froide et calme au firmament, que les étoiles scintillaient avec la gelée, et que la terre demeurait engourdie et glacée sous son linceul de neige, ce chant morne, lugubre et modulé sur le ton mineur, avait quelque chose de puissamment suggestif, évocateur d’images et de rumeurs antiques. C’était la plainte immémoriale de la vie même, avec ses terreurs et ses mystères, son éternel labeur d’enfantement et sa perpétuelle angoisse de mort ; lamentation vieille comme le monde, gémissement de la terre à son berceau ; et Buck, en s’associant à cette plainte, en mêlant fraternellement sa voix aux sanglots de ces demi-fauves, Buck franchissait d’un bond le gouffre des siècles, revenait à ses aïeux, touchait à l’origine même des choses. » L’appel de la forêt – Jack London

La communication est de type affectif, elle transmet une émotion, permet d’envoyer un message, de recevoir une réponse de manière personnalisée car chaque individu a une voix différente. Le son est caractérisé par sa fréquence (détermine la hauteur du son en Hertz : Hz), son intensité (amplitude en décibels : dB) et son timbre (selon l’intensité des harmoniques qui en font un son individuel). Son audiogramme permet de révéler que le loup comme le chien, capte une gamme de fréquences qui s’étend de 20 Hz à 6O OOO Hz (l’homme n’entend pas des fréquences supérieures à 16 000 Hz). Ce qui donne un pouvoir de discrimination important lors des chasses, pour repérer la proie.

Le pavillon de l’oreille du loup en creux, mobile, permet de capter les ondes sonores. La différence d’arrivée entre les deux pavillons permet de faire une triangulation afin de repérer la source sonore.

Ses émissions sonores répertoriées sont : hurlements, plaintes, grondements, aboiements, jappements aigus :  
-        
Gémissements des louveteaux
-        
Jappement de rappel aux jeunes
-        
Grondement sourd de défiance ou de menace
-        
Aboiements.
Contrairement à ce que beaucoup pensent, le loup aboie. Cela commence chez le louveteau (on peut observer des tentatives de hurlements dés l’âge de un mois) qui apprend à utiliser sa voix, en modulant ses cris, ensuite chez l’adulte, c’est plus rare mais cela existe, en particulier lors de l’excitation à la fin de la chasse ou pour signaler une présence inquiétante.
 
-        
Bien entendu, ils n’attendent pas les nuits de pleine lune pour hurler comme le veut la légende. Les hurlements, ces chants primitifs, qui fascinent tant les humains,  peuvent être solitaires ou en cœur (Wolf chorus ou « plain-chant »), pour l’excitation mutuelle avant la chasse et la cohésion de la meute, localisation et ralliement des sujets dispersés, appel sexuel, appel si perdition, danger, délimitation de territoire et avertissement pour les autres meutes qui pourraient les concurrencer dans la chasse des proies du territoire, localisation des individus, émotion qui se transmet, un véritable langage avec des échanges d’information : rauque, prolongé, pointes aiguës.

En général, il on lieu à l’aube, c’est le couple alpha qui débute par des gémissements préparatoires pour le groupe. Le hurlement part sur une note basse et se termine en faussé aigu ou mâchonné. Lorsque l’individu est en marche les hurlements n’ont pas d’élévation vers l’aiguë, ce qui n’est pas le cas lorsqu’il séjourne à un endroit.

Un loup solitaire a un cri différent de celui du groupe, il le fait la gueule entrouverte, alors que le chœur sera réalisé la gueule grande ouverte par les participants. Ces hurlements sont assez rares (sauf en période reproduction), contrairement à ce que l’on croit, sur une semaine d’observation d’une meute à divers endroits, on ne les entend en moyenne qu’une fois. Si on émet un hurlement, c’est en général les meutes les plus importantes qui répondent les premières.

-        
Theberge et Falls ont enregistrés des centaines de hurlements avec sonogrammes qui permettent de mettre en évidence les différences entre les individus.

-
        
Il assez aisé d’imiter le hurlement du loup lorsqu’on veut les situer et évaluer leur nombre dans une zone déterminée
.
-        
Un hurlement dure en moyenne de 10 à 35 secondes, sur une fréquence de 150 à 780 hertz, avec 12 harmoniques, et peut s’entendre à 16 km, c’est une des signatures du loup la plus significative.


-
        
Le louveteau aboie comme le chien. En fait, les louveteaux apprennent avec les adultes ; au début, ils sont maladroits et jappent en fausset, il leur faudra attendre d’atteindre 5 ou 6 mois pour pouvoir vraiment participer au chœur (wolf chorus) lors des howling sessions. Un moment privilégié où le groupe se soude, ce qui contribue à la survie.

Le cri du loup qui retentit dans les collines ou au milieu de la forêt a contribué à alimenter une image négative, qui fait peur, alors que celui-ci est un langage pour communiquer.

Nous savons que chaque loup a une voix différente grâce à l’enregistrement de sonogrammes, c’est par la diffusion de hurlements que l’on peut les attirer si on veut les observer ou les tuer…

Poco a poco,
levanto la cabeza y echo las orejas atras. Sus mandibulas se abrieron ligeramente, mientras sus labios avanzaban, ahuecandose.

 Copyright Joseph ORTEGA



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.