Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : La méthode naturelle
Le stress comme moyen de stimulation précoce chez le chiot 06/02/2012 [Lu 1953 fois]
Le stress comme moyen de stimulation précoce chez le chiot


Selon moi, l’individu est fait de 20 % de génétique et de 80 % de milieu (qui commence à l’étape de fœtus dans le ventre de leur mère). Si on ne peut rien faire pour modifier la génétique on a une grande marge en ce qui concerne les expériences fournies par l’environnement, en commençant par la première période de vie chez l’éleveur dont va dépendre toute son existence.

Cette période de stimulation neurologique précoce, qui commence à 3 jours de vie, ne se présente qu’une seule fois, il serait dommage de la rater en fournissant des stimulations trop faibles ou trop fortes.

Les premières semaines de vie correspondent à une période de développement sensoriel, moteur, cognitif et social et conditionnent son futur comportement.

Vers la 3ème semaine le chiot apprend à classer les stimuli de son environnement selon le phénomène d’attraction – aversion, Il se montre dans un premier temps très curieux, puis à partir de la 5ème semaine la peur de l’inconnu apparaît et vers la 14ème semaine il devient impossible d’incorporer de nouvelles références.


 L’individu a besoin de se construire un référentiel que l’on nommera homéostasie sensorielle, une capacité de l'organisme à maintenir une stabilité relative du milieu interne malgré les changements constants de l'environnement. Chaque canal sensoriel doit donc être stimulé (bruit, odeur, goût…).

Tout ce qu’il n’aura pas connu durant les 3 premiers mois, peut être vu par lui comme dangereux, et il est normal qu’il en ai peur plus tard.

On sait que seules les synapses stimulées par l’environnement deviendront matures et seront fonctionnelles. Après la septième semaine, les synapses non stimulées donc restées immatures sont détruites et perdues.
Le nombre de contact (synapses) par neurone cortical passe de quelques centaines à plus de 10 000 entre le 10ème et le 35ème jour qui suit la naissance.


On comprend alors l’importance des stimuli de l’environnement pendant cette période.

Lorsque j’ai proposé il y a une trentaine d’années de mettre les chiots dans le réfrigérateur (2 secondes) ou de les poser sur une bouillotte recouverte d’une serviette, pour provoquer un léger stress, on m’a qualifié de farfelu, de même lorsque j’ai dit qu’on pouvait éduquer sans contrainte grâce à la récompense, ou que j’ai indiqué que l’on pouvait apprendre à pister en déposant de la nourriture…

Bien-entendu, la seconde étape après les stimulations précoces doit être l’enrichissement chez le maître et si possible dans une vraie école de chiots, sur les stimulations sociales et environnementales.

Ceci en évitant la vision anthropomorphique, avec un maternage qui est nuisible à la croissance et au développement. L’isolement du milieu extérieur, qui empêche d’explorer et d’interagir avec le monde des humains menant à la dépendance, à une socialisation inadaptée, à une émotivité instable, au manque d’adaptabilité à l’âge adulte avec des sociopathies, des stéréotypies, un comportement incontrôlable…
 
 
Des expériences faites sur des souris et des rats ainsi que sur des chiots et des chatons, ont démontré de manière évidente, les résultats positifs des stimulations précoces.
 
Par exemple, que le fait de les retirer de leur nid pendant trois minutes chaque jour pendant les cinq à dix premiers jours de leur vie, entraînait une baisse sous la normale de la température corporelle. Une forme élémentaire de stress suffisante pour stimuler les hormones, les systèmes surrénaux et l'hypophyse.

Il est évident que la dose de stress doit être bien dosée et adaptée aux individus, en aucun cas elle ne doit dépasser un certain seuil sous peine de faire l’effet contraire.

Lors de tests à l'âge adulte, ces animaux étaient mieux en mesure de résister au stress que ceux qui n'étaient pas exposés à des exercices de stress au début de leur vie. D’autre part, ceux qui n’ont pas été stimulés précocement, était tellement touchés par l’exposition permanente à un stress important, qu’ils développent des ulcères d’estomac et pouvaient mourir.

Test de Levine

Les effets des manipulations (pris dans la main), associé avec des stimulations électriques faibles, sur le développement émotionnel de jeunes rats :

-         
Le premier groupe est manipulé et posé sur le dispositif, où il reçoit une décharge électrique
-         
Le second groupe est manipulé et posé sur le dispositif sans décharge électrique
-         
Le dernier groupe n’est pas manipulé

Le niveau d’émotivité sera mesuré en les posant dans un lieu inconnu. Les meilleurs résultats concernant l’exploration sont pour le premier groupe.


Tests sur l’enrichissement du milieu, selon Rozenzweig :

Avec 3 groupes de rats juste sevrés
-         
Le premier groupe est dans une cage standard
-         
Le second se trouve dans une cage étroite
-         
Le troisième dispose d’une vaste cage avec différents jeux
Les tests vont porter sur l’évolution dans un labyrinthe, les mesures de la masse du cortex, le nombre de neurones corticaux.
Le lot N° 3 est nettement au-dessus, ensuite le lot N° 1, enfin le lot N° 2.


En Méthode naturelle on prend en compte l’apprentissage cognitif, si on propose aux chiots la réflexion pour résoudre les problèmes et obtenir la récompense. Par exemple, rechercher la balle ou la friandise qui se trouve caché sous un pot, alors qu’il y a une dizaines de pots présents.

Le conditionnement opérant mis au point par Skinner
 : c’est un apprentissage qui demande au sujet de réaliser une opération (opération dans le sens de comportement, action).
On appelle aussi cela le conditionnement instrumental, car le sujet doit utiliser un objet (au sens large).
Dans ce conditionnement, le sujet va apprendre qu’il y a une relation, il va faire l’association entre un comportement et une conséquence.


 Les fonctions cognitives comprennent:

• les fonctions intellectuelles du cortex cérébral:
• apprentissage, mémoire;
• langage;
• raisonnement, pensée;
• les fonctions motivationnelles du système limbique et de l'hypothalamus:
• les comportements fondamentaux, alimentaires, dipsique et sexuel;
• les comportements affectifs et émotionnels.


Les autres avantages de ces expositions précoces au stress qui ont été identifiées :

-         
Maturation sexuelle précoce
-         
Plus résistant aux maladies (cancer, maladies infectieuses)
-         
Plus grande résistance au froid ou à la faim
-         
Meilleur apprentissage


N’oublions pas également la socialisation :

L’imprégnation est un apprentissage précoce préprogrammé et automatique, de la première chose que le jeune verra bouger ; son but c’est d’identifier et suivre les parents, car à la naissance aucun animal ne sait à quelle espèce il appartient. C’est l’imprégnation intraspécifique.

Il doit aussi connaître les espèces amies avec qui il devra vivre, sinon il en aura peur ou les agressera (humains, chats, etc.). Les rencontres doivent avoir lieu dans le calme en présence d’une mère calme qui donne l’exemple. Ces contacts doivent être positifs (caresses, jeux…), répétés et réalisés par différents individus de la même espèce. C’est l’imprégnation interspécifique.

Les périodes critiques sont comprises entre : la 4ème et la 12ème semaine chez les chiens ; la 4ème et la 10ème semaine chez les loups ; la 3ème et la 9ème semaine chez les chats.
 Chez les humains, la socialisation primaire dure de la + 7ème semaine au 7ème mois, avec : une période sensible au 6ème mois, la peur de l’étranger aux 8ème-9ème mois, et une anxiété de séparation entre le 7ème et le 11ème mois.

Scott et Fischer firent nourrir des chiots de manière mécanique, avec aucun
contact agréable avec un humain et exposèrent ces chiots à partir de 4 semaines à un  humain qui passait en marchant. Deux groupes furent constitués : dans le premier, l’humain ne tenait pas compte des chiots, dans le deuxième, il les rabrouait. Les chiots du deuxième groupe manifestèrent plus d’attachement à l’homme dès qu’il s’arrêtait de les maltraiter. Ceci nous montre que l’attachement est un comportement activé en situation d’alerte.


Le programme de l’armée américaine pour faire des superchiens

L'armée américaine a mis en place un programme appelé « Bio capteur »pour améliorer la performance des chiens à des fins militaires.  Il fut surtout connu du public comme le "Super Dog Program".

Ce programme a pris en compte toutes les recherches faites pour améliorer la résistance au stress, la réflexion, l’apprentissage, donc une amélioration des capacités et des performances. Ceci à partir d’exercices de stimulations précoces dont les expériences avaient montré qu’ils pouvaient avoir des effets importants et durables pour l’individu.

Ces études ont confirmé qu'il existe des périodes de temps spécifiques au début de la vie où la stimulation neurologique a des résultats optimaux.

La première période commence au troisième jour de la vie et dure jusqu'à la seizième journée. On croit que, parce que cet intervalle de temps est une période rapide de développement neurologique et de croissance, qu'elle est donc d'une grande importance.

Les manipulations prévues chaque jour pour l’éleveur étaient les suivantes :


1. Stimulation tactile (entre les orteils): Tenant le chiot dans une main, l'éleveur stimule en douceur (chatouille) le chiot entre les orteils sur un des pieds en utilisant un coton-tige. Temps de stimulation 3 - 5 secondes.

2. Tête droite: Utilisant les deux mains, le chiot est tenu perpendiculairement vers le haut, (tenu bien droit), de sorte que sa tête se trouve directement au-dessus de sa queue. Temps de stimulation 3 - 5 secondes

3. Tête vers le bas: le chiot est tenu fermement à deux mains, la tête est dirigée vers le bas en direction du sol. Temps de stimulation 3 - 5 secondes
 
4. Position couchée: mettre le chiot sur le dos dans le creux des deux mains. Temps de stimulation 3 - 5 secondes.
 
5. Stimulation thermique: Utilisez une serviette humide qui a été refroidie au réfrigérateur pendant au moins cinq minutes. Placez le chiot debout sur la serviette. Temps de stimulation 3-5 secondes.

Recommandations
Ne pas répéter les exercices plus d'une fois par jour et ne pas prolonger le temps au-delà de ce qui est recommandé pour chaque exercice (3-5 secondes). Une stimulation excessive du système neurologique peut avoir des résultats indésirables et nuisibles.
Cela n’empêche pas d’ajouter les jeux avec les chiots, la socialisation, les manipulations habituelles.

Bénéfices obtenus par ces stimulations

1. Une amélioration de la performance cardio-vasculaire (fréquence cardiaque)
2. Le cœur bat avec plus de force
3. Des glandes surrénales plus fortes
4. Une plus grande tolérance au stress
5. Une plus grande résistance aux maladies.

Dans les tests d'apprentissage, les chiots stimulés étaient plus actifs et plus curieux que les non-stimulés. Ils étaient aussi plus dominants dans des situations compétitives.
 Lors de problèmes de détours dans un labyrinthe, les chiots non stimulés sont devenus très excités, gémissaient plus et faisaient beaucoup d'erreurs. Les chiots stimulés étaient moins perturbés par les conditions du test.

Pour en savoir plus, le livre de Joseph ORTEGA « Elevage et comportement », en vente dans le site, qui aborde pour la première fois, l’importance du milieu enrichi en élevage canin pour produire des chiots bien dans leur têtes et adaptables au milieu humain !


 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.