Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Ethologue - Ethologie - Loup
Le début de la vie d'un chiot 23/04/2012 [Lu 748 fois]
LE DEBUT DE LA VIE CHEZ LE CHIOT


Copyright Joseph ORTEGA

Tout commence par la fécondation au moment de la saillie, environ 1250 millions de spermatozoïdes qui partent pour un voyage dans le corps de la femelle, des nageurs qui avancent à la vitesse de 1,5 mm à l’heure jusqu’à l’ovule expulsé de l’ovaire qu’ils doivent pousser sur un tapis de cils vibratiles. Ils n’ont aucune réserve de nourriture et vont s’épuiser en 3 jours s’ils ne trouvent pas l’ovule, qui elle va mourir en 24 h. La femelle peut être couverte par plusieurs mâles, c’est alors la fécondation de plusieurs ovocytes par leur semence (superfécondation).
Le spermatozoïde vainqueur de la course s’enfonce dans l’ovule qui lui est 85 000 fois supérieure en volume, il perd son flagelle et ses éléments de perforation, la fusion des deux noyaux va s’opérer, la combinaison des chromosomes et des gènes va s’établir, rapidement (moins d’une heure), les caractères des futurs chiots sont déterminés : sexe, couleur, tempérament et caractère.
Dans les heures suivantes les deux cellules sont quatre, puis elles se multiplient, avant de se fixer en boutons embryonnaires (implantation des embryons dans l’endomètre). Chaque embryon (du grec, embruon, qui croît dedans) est un disque plat entouré d’eau, entre les deux feuillets primitifs s’étale un troisième feuillet intermédiaire. Ils vont s’épaissir, se gonfler autour du canal central, se refermer, l’embryon est relié au ballon ombilical qui fabrique les globules sanguins avant que le foie et la rate du fœtus ne prennent le relais.
Rapidement on a les premières ébauches vertébrales et musculaires, les feuillets repliés forment des creux qui se ferment et se remplissent : l’œsophage, l’intestin, le foie, l’estomac prennent forme, séparés du cœur et des bourgeonnements pulmonaires par une fine paroi. Au début l’embryon n’est qu’un tube épais, à 22 jours les bourgeons des membres apparaissent (ils ressemblent à des nageoires), puis le cœur se met à battre. Il porte le nom d’embryon de la nidation au 33ème jour, et devient fœtus, après. A 35 jours les doigts et les organes génitaux sont différenciés, la minéralisation du squelette commence.
A 40 jours les griffes se forment, à 45 jours la pigmentation est en place, la minéralisation du squelette est visible sur une radiographie. A 53 jours le corps est recouvert de poils. Une semaine avant la mise-bas, le fœtus passe de la position repliée à celle qui lui permettra de passer par la filière pelvienne.
Sa vie est aquatique, tout se passe dans la cavité amniotique qui contient un liquide salé (Amnios, en grec signifie, agneau : un animal qui nait entouré de membranes), un ballon hermétique où le fœtus avale du liquide qu’il rejette sous forme d’urine aseptique, en même temps une bulle qui le soustrait à la gravité, aux différences de température et de pression extérieures. Le cordon ombilical qui le relie au placenta lui apporte l’oxygène et les éléments nutritifs nécessaires. Ce n’est qu’au moment de la naissance qu’il rentrera en contact avec l’atmosphère et pourra respirer en remplissant ses alvéoles pulmonaires.

Attention chiot en construction dès la naissance !
L’existence du chiot se réduit à : nourriture, chaleur, sommeil, contact avec la mère (source de plaisir), frères et sœurs. Si chez le poulain dès la sortie du ventre de la mère, il est capable de se dresser, de marcher et de suivre, le chiot est dans la même situation qu’un fœtus, il a une existence symbiotique avec la mère.
Ses réactions n’existent que par rapport à la faim ou à la température.
Autrefois on nommait cette phase « végétative » car on pensait que les individus étaient comme des légumes, ne ressentant rien de l’environnement. Certains éleveurs continuent d’ailleurs à élever dans des caves ou des cages, sans stimulations et souvent sans lumière, pas seulement durant cette phase mais jusqu’au départ de l’élevage !
l
Cerveau non myélinisé à la naissance (risque d’atrophie si manque de stimulations), l’influx nerveux commence à circuler et active la corticalisation. Il existe une relation entre le niveau du développement du système nerveux central et les effets des influences externes. Les neurones sont à maturité vers 5 semaines, puis la myélinisation du néocortex prend place, enfin celle des structures cortico-thalamiques. Les synapses vont passer de quelques centaines à plus de 10 000 entre le 10ème et le 35ème jour après la naissance. Les médiateurs chimiques ou neuropeptides sont modulables à l’infini. Au début les informations sont transmises à une vitesse de 2m/sec, mais avec la myélinisation (membrane autour des fibres nerveuses pour aider le passage de l’influx nerveux), elle sera de 120m/sec. Vers 7 semaines son cerveau sera équipé comme celui d’un adulte.

l Sa fréquence respiratoire est de 15 à 35/mn (16/18 chez l’adulte)
l
Sa fréquence cardiaque de 180 à 220/mn (110/220 chez l’adulte)
l
Sa température de 34,8 à 37°C jusqu’au 7ème jour (35 à 37,8°C la 2ème semaine, 36 à 37,8°C la 3ème semaine, 36,8 à 38,8°C après 3 semaines)

l Dès la naissance il peut pousser son premier cri ou grognement, les pleurs et plaintes sont au maximum à 9 jours avec les premiers jappements (vont disparaître vers la 4ème semaine où il a un répertoire sensiblement équivalent à celui de l’adulte). La mère réagit à ceux-ci, surtout s’il s’agit de cris de détresse.

l L’élimination est provoquée par la mère en léchant la zone abdominale et périnéale, le chiot subissant le toilettage sans bouger.

l Lorsqu’il tète il pétrit la mamelle avec ses antérieurs de manière alternative. Les plus forts obtiennent les mamelles postérieures qui produisent le plus de lait. La tétine est comprimée entre la langue et le palais pour aspirer goulûment.

l Il n’existe pas encore d’interaction sociale, les chiots recherchent le contact avec la mère et la fratrie pour leur thermorégulation.

l Il est aveugle car les paupières sont collées par un tissu épithélial

l Comme il ne connaît pas la peur, n’importe qui peut mettre la main dans le nid, elle sera sentie et léchée, une des raisons qui nous font choisir cette période qui précède l’ouverture des yeux pour prendre un louveteau à la mère qui vit à l’état sauvage, lorsqu’il faut l’imprégner à l’homme.

l Le poids de naissance varie de 70gr à 700gr selon la race

l Il est sourd car les conduits auditifs sont fermés par un bourrelet et le nerf auditif n’est pas myélinisé. La mère ne communique pas auditivement durant cette période.

l Contrairement à ce que certains avancent, il a l’olfaction, même si ses compétences ne sont pas celles d’un adulte. Il est capable de différencier un téton artificiel (dépourvu d’odeurs) de celui de la mère. Il peut déjà être conditionné à une odeur, ce que faisaient les anciens, sans pour autant connaître l’éthologie, en badigeonnant de lait de truffe les mamelles de la mère pour les futurs chiens de cavage. Fox à enduit les mamelles de la mère d’une crème à l’anis, plus tard les chiots auront une préférence pour ce type d’odeur. On pense également que les mamelons sont entourés de glandes qui n’ont rien à voir avec les mamelles et qui produisent une odeur. Son sens gustatif est lui aussi effectif dès la naissance, il réagira (réactions faciales) en fonction des substances qu’on lui fera goûter : sucrée, amère, acide, salée.

l Il balance la tête et rampe en cercle pour retrouver la mamelle, s’il touche un autre chiot il reste en contact. A l’état fœtal il était isolé des autres, les relations de contact avec les autres commencent. Au début la mère ne représente rien d’autre que quelque chose d’agréable, d’une douce chaleur et qui nourrit de bon lait, l’attachement n’est pas fixé et on peut mettre les chiots avec une autre nourrice, ce qui n’est pas le cas pour la mère qui a enregistré les caractéristiques de ses petits. Les chiots dorment les uns sur les autres la première semaine, puis parallèles ou en tête à queue la seconde semaine.

l A 12 jours les membres antérieurs supportent le poids du corps, à 16 jours c’est les membres postérieurs, à 21 jours il est peut avancer debout en tremblant des postérieurs

l A une semaine, il se redresse, lève la queue, peut se coucher sur le dos.

l A 13 jours il peut déjà grimper sur le dos de la mère.

l La période d’éveil pour la tétée est de 5 % du temps, la période de sommeil alterne calme et activation sur 95% du temps : tremblements des pattes et du corps, mouvements résiduels de la face, soubresauts, polypnée, apnées occasionnelles. Il peut émettre des vocalises pendant le sommeil. Qu’il dorme ou soit éveillé, jusqu’au 16ème jour environ, les tracés de l’électroencéphalogramme sont les mêmes.

l S’il s’éloigne du nid et lance le cri de détresse, la mère le saisit par le dos et le ramène durant la première semaine. Durant cette période il est totalement dépendant de sa mère qui le nourrit, le protège, le nettoie, stimule l’élimination

l Développement psychomoteur ; les influx nerveux seront d’abord le sujet de réponses autonomes réflexes

l Les systèmes sensoriels vestibulaires et somesthésiques (douleur, chaleur, froid, pression) sont en place. Certains soutiennent qu’il est insensible à la douleur les premiers jours, ce qui est faux, si on assiste à l’amputation de la queue à 2 ou 3 jours on l’entendra crier. Si on pince un membre, il fléchit la patte et crie. Les zones sensibles qui le resteront plus tard sont situées où il y a les vibrisses, ces poils sensoriels qui sont utilisés pour déterminer la forme et la texture des objets, l’orientation de l’air, le type d’herbe, etc., un avantage certain pour la chasse de nuit.

l 24h après la naissance on peut commencer à faire prendre quelques minutes, deux ou trois fois par jour, de l’exercice à la mère (surtout pas dans la rue où il peut y avoir risque de contagion).

Pour en savoir plus, le livre de Joseph ORTEGA (415 pages) « Elevage et Comportement », en vente dans le site (Préface du Professeur Denis)




 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.