Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Races canines
Questions-réponses élevage 22/05/2012 [Lu 859 fois]
Le plus petit chien du monde est le Chihuahua :
Il est considéré comme le plus petit chien du monde. On pense qu’il est la seule race domestique indigène du continent américain. On sait que les Mayas possédaient des petits chiens ainsi que les Toltèques. Seules les personnes riches et les nobles avaient le droit d’en détenir, les chiens de couleurs bleu ou gris-bleus étaient préférés. A la mort du maître, le chien était enseveli avec lui pour le guider dans le royaume de l’au-delà, et lui faire traverser le fleuve, pour un voyage d’une durée de 4 ans. Les cendres étaient mises dans une urne avec une pierre verte émeraude ou Chalchinitl et enfouies dans le sol de la maison. Aux U.S.A. le premier sujet exposé en 1884 le fut dans la catégorie “ Chihuahua Terrier ”. C’est en 1954 que le premier sujet a été importé en France.


- le Bull Terrier miniature existe :
Il existe pourtant et pèse moins de 9 kg pour une taille d’environ 35,5 cm ; Nous savons que le Bull a été créé à partir de plusieurs Terriers comme les Manchester, L’Old English White Terrier. Il a été chien de combat contre les taureaux, d’où son nom. Les ancêtres du fameux “ Baxter ” ont été sélectionnés par James Hinks entre 1850 et 1862 (Interdiction des combats de chiens en 1835) c’était surtout des chiens blancs, mais avec déjà la caractéristique de la tête sans stop (cassure du nez), donnant un crâne convexe en ballon de rugby. Au début on ne trouvait que des blancs, puis des bringés, noir, rouge, fauve et des tricolores. Un nommé James Hinks favorisa des lignées de petites tailles pour créer le Toy Bull Terrier ou Bull miniature dont le type allait être reconnu en 1939.


-L’exagération latine (description d’un berger allemand de beauté)dans une revue espagnole :
“ Découvrant X c’est le meilleur des champions. X est un magnifique spécimen du pouvoir génétique de son père, l’extraordinaire  X c’est le meilleur des champions. X est un magnifique spécimen du pouvoir génétique de son père, l’extraordinaire Y. X est sans doute la merveille de ce championnat. Il y a longtemps que nous n’avons vu  un chien, de n’importe quel âge, avec une telle beauté et nous sommes sûrs que nous rencontré la nouvelle étoile de la race. Toutes les éloges du monde deviennent infime pour décrire la beauté et le merveilleux grand berger allemand, qui malgré sa jeunesse, se différencie totalement des autres. Nous savons qu’il  n’existe pas de chien parfait, encore moins dans cette race, mais X approche de la perfection. Une pigmentation exemplaire, des oreilles implantées comme aucun (il ne les baisse à aucun moment (sic !)), un mouvement supersonique , une joie contagieuse, une autorité qui domine sa classe, digne d’un champion, une expression parfaite, une incroyable force et un pouvoir absolu, de l’harmonie et de la classe, de la classe, de la classe…Qui lui

sort par chaque poil. (Ouf !).   



-Le collier et la laisse sont-ils obligatoires ?
A l’heure actuelle des campagnes antichien font la chasse à certaines races et l’amalgame est vite fait. Sachez que le port du collier et de la laisse sont obligatoires en ville. Les maires peuvent même prendre des dispositions spéciales, Article 213 du code rural qui commence ainsi : “  Les maires peuvent prendre toutes dispositions propres à empêcher la divagation des chiens et des chats. Ils peuvent ordonner que les chiens et les chats soient tenus en laisse et que les chiens soient muselés... ”. Chaque maître devrait sortir son chien correctement tatoué, vacciné contre la rage, porteur d’une laisse et d’un collier pourvu d’un moyen d’identification (nom et adresse du propriétaire). Il est recommandé d’avoir une assurance responsabilité civile pour les dégâts qu’il pourrait éventuellement causé, par exemple s’il s’échappe et occasionne un accident.


- Dans la reproduction, le mâle est plus important que la femelle :
Il faudrait pour cela avoir un mâle homozygote, c'est à dire qui posséderait en double les gènes correspondants aux caractères désirés. S'il n'a que des caractères dominants il devient un raceur absolu, ce qui est impossible à trouver.

Un reproducteur ne peut transmettre, quelle que soit sa partenaire que ceux de ses caractères qui sont dominants.

En définitif la responsabilité de la génétique sur la descendance est identique chez le mâle et chez la femelle.

Dans l'élaboration des races canines c'est la consanguinité qui a permis de fixer les qualités des individus à l'état homozygote. Rappelons que l'influence du milieu, de l'alimentation, de l'exercice peut jouer un rôle non négligeable et que la mère doit être considérée comme plus importante que le mâle car, en plus de ses caractères génétiques, elle est un modèle à imiter pour ses chiots pendant qu'elle les élève : mère équilibrée = chiots équilibrés (alors que le père est rarement présent).


- Il est indispensable de faire reproduire les chiens pour leur équilibre psychique  :
Ni le mâle ni la femelle n’ont besoin de connaître le sexe opposé au cours d’une saillie pour être heureux. Par contre, si on empêche un mâle de rejoindre une femelle en chaleur qui se trouve à proximité on le soumet à une véritable torture qui peut engendrer des troubles du comportement passagers.


-Si ma chienne se fait prendre par un bâtard, je dois les séparer en jetant de l’eau :
Lorsqu’une saillie se produit, les deux chiens sont attachés car la base du pénis du mâle se gonfle de sang et se verrouille. Si on tente des les séparer avant la fin (environ 20 minutes), on risque de provoquer des blessures importantes aux deux sujets (fracture de l’os pénien pour le mâle et déchirure vulvaire de la femelle). Une fois les deux congénères détachés, il faudra voir le vétérinaire pour éventuellement faire avorter la chienne.


- Une mère choquée pendant sa grossesse engendre des petits à problème :
C’est exact. Des expériences faites par THOMPSON qui donne des chocs électriques à des rates, à la naissance les petits sont élevés par une rate non choquée afin d’éviter l’influence du comportement de la mère. La progéniture demeure plus timide et plus émotive que d’autres petits dont la mère n’a pas été stressée. Des expériences similaires sur le chien amènent à la même conclusion, le traumatisme pouvant être psychique ou physique.
On sait à ‘l’inverse que caresser la chienne gestante donnera des chiots plus sociables.


-Les petits d’une mère dominante seront dominants :
C’est exact, les chiots vont acquérir le statut de la mère par imitation de ses comportements envers les autres, ainsi que par l’attitude de ces congénères à l’approche de celle-ci. Une mère dominée est plus souvent stressée et adopte des comportements d’apaisement en face des congénères. 


- L’élevage ne devrait pas avoir recours à la consanguinité :
Un élevage consanguin au premier degré serait celui des jumeaux dizygotes, le second degré consiste à unir mère-fils ou père-fille. La plupart des races ont été faites ainsi et cela ne peut-être catastrophique si la descendance donne plus de qualités que de défauts de même que si on ne le pratique pas sur plusieurs générations successives.


-Une chienne qu’on ne fera pas reproduire aura des grossesses nerveuses :
C’est faux, la grossesse nerveuse est due à un dérèglement hormonal qui modifie le comportement (inquiétude, chercher à faire un nid), le corps (gonflement et production de lait des mamelles).


-La grossesse nerveuse a une utilité chez les louves :
En effet, il n’y a que le couple dominant qui reproduit, les autre femelles ont un pré-œstrus mais pas d’œstrus complet, donc pas de reproduction mais un comportement maternel et la production de lait, ce qui est utile pour élever et nourrir les chiots de la dominante.


-Il faut attendre que le chien ait 3 ans pour le castrer :
Il vaut mieux le faire plus tôt, l’âge idéal se situe vers 6 mois pour le mâle et après les premières chaleurs (également vers cet âge) pour la femelle, ainsi les tissus mammaires seront stimulés et il y aura moins de risque de tumeurs mammaires plus tard.


Les chiens castrés et les femelles stérilisés deviennent obèses :
Il est évident que son régime alimentaire doit être moins riche et qu’il doit faire plus d’exercice, pour garder la ligne.


-Il n’y a pas d’avantage à faire castrer un chien :
Au contraire, cela évite les marquages à l’urine intempestifs, les aboiements territoriaux, les fugues à la recherche de l’âme sœur, les comportements agressifs avec les congénères. Il sera plus sociable et plus calme. En ce qui concerne la santé, on élimine certains cancers comme celui des testicules pour le mâle ou des mamelles, des ovaires ou de l’utérus pour la femelle.


-Il existe une castration médicamenteuse :
C’est exact, le vétérinaire donne des anti-androgènes et des progestatifs de synthèse. On peut les utiliser pour diminuer les comportements sexuels et les agressions hiérarchiques.


-Les chiennes n’ont pas de ménopause :
Elles sont différentes des femmes et n’ont pas de ménopause, elles peuvent reproduire toute leur vie. Ce qui n’est pas conseillé à partir de 8 ans.


-La chienne peut avoir une Césarienne :
Une légende grecque raconte que Coronis fiancée du dieu Hermès était enceinte de lui lorsqu’elle se laissa séduire par Ischys. Hermès arracha du ventre de la mère son enfant, qu’il nomma Asclépios. Asclépios, dieu de la médecine. Il faut dire qu’à l’époque on se permettait d’extraire par césarienne que les enfants dont la mère était morte en couches. Jules César n’a pas donné son nom à cette technique chirurgicale pour être né de cette façon, mais parce qu’il institua une loi permettant de la pratiquer.
La première césarienne pratiquée sur une femme vivante aurait été faites en Suisse par un châtreur de porc nommé Jacques Nufer en 1500. Le nom de “ césarien ” a été donné par François Rousset, médecin Parisien, lorsqu’il publia un traité sur “ l’enfantement césarien ”.
Si au début du siècle on comptait encore 10% de taux de mortalité, à l’heure actuelle c’est une opération comme une autre.

-Qu’est-ce que la césarienne ?
Elle est indiquée quand un accouchement naturel risque de mettre en danger la vie des chiots. En particulier chez les races naines où les chiots sont souvent de fortes tailles comme le Bouledogue Français ou le Bulldog (crânes brachycéphales). C’est une obligation pour les mères ayant eu des fractures du bassin. On peut y avoir recours également en cas de rupture de l’utérus ou d’absence de contractions de celui-ci, d’œdème, de mauvaise présentation ou de mort du chiot... En cas d’infection utérine le vétérinaire pratiquera une hystérectomie.
Comme chez les humains l’opération consiste après anesthésie, à inciser la paroi du ventre et l’utérus, à extirper les chiots et à suturer. Les pansements doivent permettre l’accès aux mamelles par les chiots.
Etat d’urgence :
Il y a quelques signes qui peuvent donner l’alerte au maître pour faire appel à un vétérinaire.
La gestation a dépassé les 63 jours et la chienne refuse la nourriture, a de la température, des pertes vulvaires nauséabondes.
Le premier chiot n’est pas expulsé 4 heures après le début des contractions, contractions violentes.
La mise- bas dure plus de 6 heures.
Le Docteur Alain Fontbonne conseille de faire appel à un vétérinaire expérimenté car lors de l’anesthésie il y a risque d’intoxiquer ou de retarder le réveil des chiots. Il préconise de ne jamais aller au-delà de trois opérations au cours de la vie de la chienne.


-L’âge idéal pour prendre un chiot est 4 mois :
C’est faux, la première période de vie est la plus importante, la socialisation primaire se termine à 3 mois. C’est dans cette phase que va se créer l’attachement au maître et l’homéostasie sensorielle (l’équilibre entre l’individu et les stimulations du milieu dans lequel il doit vivre). Il faut sortir le chiot en ville et lui faire connaître le plus de choses possible concernant également les humains et les congénères. Aller avec lui à l’école du chiot !


-Il faut mettre les chiots avec des chiens adultes :
Ceci est même recommandé pour leur apprendre à se soumettre aux adultes, s’ils ont une mère trop permissive. Les adultes sont là pour remettre en place les comportements qui débordent (excitation, agressivité). C’est ce que j’ai appelé dans mon « école du chiot », les chiens régulateurs. Les chiots doivent apprendre à se soumettre pour apaiser l’autre, si celui-ci démontre de l’agressivité.



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.