Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Articles Divers
DYSPLASIE 07/03/2013 [Lu 796 fois]
DYSPLASIE par JOSEPH ORTEGA

Dysplasie coxo-fémorale: déterminisme génétique de type polygénique quantitatif.
C'est à dire qu'il existe plusieurs gènes codant la maladie, qui ne sont pas situés sur un seul chromosome . Lors de la reproduction ces gènes vont se transmettre selon un processus aléatoire et leur valeur additive pourra permettre l'apparition de cette maladie. Des parents indemnes peuvent donner des chiots dysplasiques et le contraire…
Si les parents sont exempts de dysplasie sur plusieurs générations la probabilité d'une recombinaison atteignant le seuil d'expressivité est quasi nulle. C'est ce qui me fait chercher mes chiens BA dans les lignées travail, par exemple chez ma dernière chienne achetée en Tchéquie on peut garantir 10 générations sans dysplasie. Je ne suis pas un spécialiste des pathologies canines, par contre le comportement et les aptitudes c'est mon domaine, et je dois dire qu'une telle pratique donne une qualité extraordinaire de capacité au travail.
On va la trouver chez plus de 70 races de chiens. 35 races ont un risque accru de développer cette maladie au cours de leur vie ; plus particulièrement les chiens appartenant aux grandes races et aux races géantes.
Les incidences de la dysplasie varieraient de 1.8% chez le Barzoï à 48.1% chez le Saint Bernard
La reproduction aux animaux indemnes de dysplasie coxo-fémorale, ne réduit son incidence que de 17 à 39%, ce qui prouve l'importance des facteurs environnementaux.
Suralimentation: corrélation directe entre le poids de l'animal à 60 jours et l'état de dysplasie.
L’excès d’apport calcique chez le chiot entraîne une hypercalcémie chronique
un exercice intensif et précoce pourrait aggraver des lésions de dysplasie coxo-fémorale préexistantes, tandis qu’un exercice, parce qu’il augmente la tension musculaire fessière, serait nécessaire pour prévenir une éventuelle laxité articulaire en apportant une meilleure contention.
Les hormones telles que la relaxine, l'hormone de croissance, l'insuline et surtout les œstrogènes ont été décrites comme facteurs favorisant le développement de la dysplasie coxo-fémorale.
L’inclinaison de la croupe et l’angulation des membres postérieurs pourraient favoriser le développement de la dysplasie coxo-fémorale (BA hyper typé).
Laxité articulaire à l’origine des perturbations biomécaniques, et notamment de la pression excessive sur le bord acétabulaire, de l’érosion du cartilage articulaire, et par la suite d’arthrose de la hanche.
Facteurs héréditaires: l'excès de poids, une vitesse de croissance rapide et un indice de masse musculaire pelvienne faible.  Les signes de laxité articulaire sont mis en évidence par palpation et par l'imagerie (radiographies et scanner). Le dépistage est efficace à partir de quatre mois. Chez le jeune chien de moins de 6 mois, on observe des anomalies de la démarche et/ou du comportement plutôt qu'une boiterie véritable. Une démarche chaloupée sur les postérieurs au pas peut être observée avec un roulement du bassin. Après 6 mois: boiterie vraie.
Photo : DYSPLASIE COXO-FEMORALE par Joseph Ortega

Dysplasie coxo-fémorale: déterminisme génétique de type polygénique quantitatif.
C'est à dire qu'il existe plusieurs gènes codant la maladie, qui ne sont pas situés sur un seul chromosome . Lors de la reproduction ces gènes vont se transmettre selon un processus aléatoire et leur valeur additive pourra permettre l'apparition de cette maladie. Des parents indemnes peuvent donner des chiots dysplasiques et le contraire…
Si les parents présentent sont exempts de dysplasie sur plusieurs générations la probabilité d'une recombinaison atteignant le seuil d'expressivité est quasi nulle. C'est ce qui me fait chercher mes chiens BA dans les lignées travail, par exemple chez ma dernière chienne achetée en Tchéquie on peut garantir 10 générations sans dysplasie. Je ne suis pas un spécialiste des pathologies canines, par contre le comportement et les aptitudes c'est mon domaine, et je dois dire qu'une telle pratique donne une qualité extraordinaire de capacité au travail.
On va la trouver chez plus de 70 races de chiens. 35 races ont un risque accru de développer cette maladie au cours de leur vie ; plus particulièrement les chiens appartenant aux grandes races et aux races géantes.
Les incidences de la dysplasie varieraient de 1.8% chez le Barzoï à 48.1% chez le Saint Bernard
La reproduction aux animaux indemnes de dysplasie coxo-fémorale, ne réduit son incidence que de 17 à 39%, ce qui prouve l'importance des facteurs environnementaux.
Suralimentation: corrélation directe entre le poids de l'animal à 60 jours et l'état de dysplasie.
L’excès d’apport calcique chez le chiot entraîne une hypercalcémie chronique
un exercice intensif et précoce pourrait aggraver des lésions de dysplasie coxo-fémorale préexistantes, tandis qu’un exercice, parce qu’il augmente la tension musculaire fessière, serait nécessaire pour prévenir une éventuelle laxité articulaire en apportant une meilleure contention.
Les hormones telles que la relaxine, l'hormone de croissance, l'insuline et surtout les œstrogènes ont été décrites comme facteurs favorisant le développement de la dysplasie
coxo-fémorale.
L’inclinaison de la croupe et l’angulation des membres postérieurs pourraient favoriser le
développement de la dysplasie coxo-fémorale (BA hyper typé).
Laxité articulaire à l’origine des perturbations biomécaniques, et notamment de la pression excessive sur le bord acétabulaire, de l’érosion du cartilage articulaire, et par la suite d’arthrose de la hanche.
Facteurs héréditaires: l'excès de poids, une vitesse de croissance rapide et un indice de masse musculaire pelvienne faible.  Les signes de laxité articulaire sont mis en évidence par palpation et par l'imagerie (radiographies et scanner). Le dépistage est efficace à partir de quatre mois. Chez le jeune chien de moins de 6 mois, on observe des anomalies de la démarche et/ou du comportement plutôt qu'une boiterie véritable. Une démarche chaloupée sur les postérieurs au pas peut être observée avec un roulement du bassin. Après 6 mois: boiterie vraie.



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.