Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Articles Divers
Avez-vous peur de l'anesthésie pour votre chien? 31/03/2013 [Lu 2520 fois]

Avez-vous peur de l’Anesthésie ? par Joseph ORTEGA



Beaucoup de légendes courent sur les dangers de l’anesthésie pourtant comment y échapper, avec un animal qui est anxieux et nerveux, ne serait-ce que pour faire une simple radio de contrôle des hanches.

Qu’est-ce que l’anesthésie?

C’est un procédé qui permet d’obtenir une narcose (sommeil artificiel), une analgésie (suppression de la douleur), une relaxation (détente), une perte des réflexes (surtout ceux liés à la survie qui peuvent inciter à mordre).

On peut utiliser pour l’anesthésie générale :

-          Un masque ou une sonde introduite dans la trachée qui vont envoyer des mélanges gazeux (oxygène et produit spécifique). Ceux-ci vont pénétrer dans les alvéoles pulmonaires et être transportés dans le sang sur l ‘ensemble de l’organisme. A la fin de l’intervention, c’est en inversant la proportion gaz anesthésique et oxygène, jusqu’à disparition du premier, que l’animal peut expirer les résidus du produit et se réveiller.
-          Une injection par voie intra-musculaire qui a l’inconvénient de prendre un certain temps.
-          Une injection par voie intra-veineuse qui est très rapide, par exemple à l’aide de barbituriques comme le Penthotal qui est le plus connu.

L’Anesthésie est à l’heure actuelle un acte médical rodé qui se pratique dans le monde entier sur les humains comme chez les animaux.

Tout a sans doute commencé par la prise de drogue qui permettait une insensibilité à la douleur comme les champignons hallucinogènes, on a essayé le choc sur la tête pour assommer ou la bouteille de Whisky comme dans les Westerns.

En fait la découverte de l’anesthésie à l’Ether revient à W. Thomas Morton (1819-1868), l’anesthésie “ à la reine ” fut nommé ainsi car le gynécologue James Simpson l’employa pour la naissance de Leopold fils de la reine Victoria en 1835 (Chloroforme). En France on utilisa pendant longtemps un masque spécial inventé par le chirurgien Louis Ombredanne (1871-1956).
 
L’Anesthésie épidurale fut inventé par James Leonard Corning (1855-1923)

Les risques pour les humains en France.
On compte en moyenne 1 décès pour 6.600 anesthésies. Dans 0,02% des cas il s’agit de gens bien portants, dans 10% c’est qu’une fonction vitale était atteinte, dans 42% l’accident a lieu au cours du réveil.

Selon une étude américaine 82% des accidents sont le résultat d’erreurs, surtout par défaut de surveillance des patients.

On ne peut donc pas occulter le risque chez nos chiens, celui-ci existe toujours, pourtant il devient de plus en plus minime vu la gamme des produits adaptés et l’appareillage perfectionné dont disposent les vétérinaires.

Ceux-ci en sont conscients et évitent de recourir systématiquement à l’anesthésie générale.
Souvent l’anesthésie locale suffira par infiltration des tissus autour d’une plaie, par exemple à l’aide d’un produit anesthésique (attention car seul la zone est insensible, le sujet reste conscient).

Pourtant certains soins vont l’exiger car l’animal va s’affoler et tentera de s’échapper empêchant l’acte médical. Ce sera le cas du nettoyage d’oreilles infectées, de lésion sur une paupière ou un coussinet, de pose d’un plâtre que le moindre mouvement peut compromettre, de détartrage de dents, d’une radiographie...

Pour limiter ces risques le vétérinaire procédera d’abord à un contrôle de l’état pulmonaire, de l’état physique général, de l’état cardiaque. Pouls, tension artérielle, respiration, etc. en général il va tranquilliser l’animal avant l’anesthésie en injectant un produit qui empêche la salivation excessive et les vomissements.

Pendant l’opération, alors que l’animal est sous narcose grâce à l’anesthésie générale, on peut éventuellement compléter la surveillance s’il s’agit d’un sujet à risque par : un eléctrogardiogramme, une épreuve de saturation d’oxygène dans le sang, le Ph sanguin, le contrôle de la concentration de gaz pulmonaire, la prise de la température corporel.

Chez les sujets âgés ou avec des reins en mauvais état une perfusion sera mise en place pour éviter la déshydratation.
Enfin, après l’opération la surveillance est toujours de rigueur afin de réduire les risques avec éventuellement, un bilan sanguin de contrôle.


 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.