Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Actualités
L'AMPUTATION DE LA QUEUE ET DES OREILLES 16/03/2007 [Lu 31306 fois]
Couper ou pas, voila la question, une affaire qui traine depuis des annees et dont la France a du mal a s'en sortir. Il est temps de faire le point!

COUPER OU PAS ?
                                                                                                                 

Une histoire sans queue ni tête… Qui fait couler beaucoup d’encre depuis plus de trente ans et alimente les passions entre les pro ou les anti coupe. On pensait que cela ne se ferait jamais chez nous, pourtant la France a signé la convention européenne pour la protection des animaux de compagnie avec parution au journal officiel le 18 mai 2004,
 La coupe d’oreilles est interdite, mais il reste la restriction concernant la queue…

La France, un pays qui s’accroche à la queue du chien.
C’est l’assemblée parlementaire du conseil de l'europe qui a demandé en 1979, une convention sur le contrôle des animaux et sur la régulation des populations. Un comité d’experts a proposé un texte au comité des ministres des états membres pour adoption le 26 mai 1987 où étaient mentionnées en dehors des principes de protection, les interventions chirurgicales de « convenance ». Le premier pays a avoir interdit l’otectomie (coupe d’oreilles) a été l’Allemagne en 1987(sous la pression des verts), elle interdira la caudectomie (coupe de la queue) en 1998.
La France va signer la convention européenne  le 18 décembre 1996, on en retrouvera les grands principes dans la loi du 6 janvier 1999, entre autre sur les catégories de chiens dits   « dangereux ». Le décret du 11 mai 2004 portant publication de la convention européenne va paraître au journal officiel n° 115 du 18 mai 2004, page 8784.
Article 10
Interventions chirurgicales
Les interventions chirurgicales destinées à modifier l’apparence d’un animal de compagnie ou à d’autres fins non curatives doivent être interdites et en particulier :
a)      La coupe de la queue ;
b)      La coupe des oreilles ;
c)      La section des cordes vocales ;
d)      L’ablation des griffes et des dents
Pour la France seulement  « Réserve : le gouvernement de la république française déclare ne pas être lié par l’alinéa a du paragraphe 1 de l’article 10 » Ce qui signifie que la coupe de queue est autorisée…
La FCI ayant décidé les 26-27 novembre 2002 que les juges ne peuvent faire aucune discrimination entre les chiens à queue coupée et ceux à queue non coupée ( ceci en théorie car les juges de conformité au standard ne sont pas des machines et ils on en tête en jugeant l’image du chien à queue coupée qui leur sert de référence !)



Historique
Si  on prend comme exemple le Fox-terrier, c’était le chien des pauvres qui servait surtout à braconner dans les terriers, en Angleterre seuls les chiens de luxe payaient la taxe au 17 ème siècle, on les reconnaissait à leur queue longue, les chiens de travail étaient amputés de celle-ci et n’étaient pas soumis à l’impôt  Par la suite cette caractéristique a été conservée chez les terriers, avec pour certains assez de vertèbres pour pouvoir l’attraper et le sortir du trou.
Dans l’antiquité pour prévenir de la rage on amputait le bout de la queue et on pratiquait »l’éverration » en arrachant un tendon du frein de la langue qu’on pensait être un ver.. Alcibiade le vaniteux, en 430 avant notre ère, avait un petit chien nommé Saké que tout Athènes admirait, hélas au bout d’un certain temps plus personne ne le complimentait plus car les gens étaient lassés, alors il fit couper la queue de son chien pour qu’on parle à nouveau de lui.
En rendant les chiens puissants on a augmenté la taille du pavillon auriculaire, la coutume était de tailler les oreilles des chiens qui combattaient auprès des humains, par exemple chez les celtes ; « ces cohortes combattaient aux premiers rangs, sans se rebuter jamais, c’étaient des auxiliaires les plus fidèles et qui ne coûtaient point de solde ».
A l’époque où la barbarie humaine faisait s’affronter les chiens entre eux, en particulier en Angleterre dans le « Pit » (Arène, d’où le nom du Pit-bull), c’était un handicap qui permettait la prise à l’ennemi.
Chez le chien de protection de troupeau qui avait à affronter le loup, les oreilles coupées était une nécessité, assortie du port du collier de fer à pointes extérieures, souvent cette coupe d’oreilles était associée à celle de la queue « pour supprimer le ver » et aux crocs brisés avec un marteau pour l’empêcher de mordre et d'abîmer les gigots des brebis (certains mettaient une muselière, ou un cylindre de fer dans la gueule).



POUR OU CONTRE
Il est inutile de discourir sur l’oreille puisque l’affaire est réglée , nous nous attacherons donc à l’amputation de la queue.

La queue

C’est l‘appendice caudal constitué de 20 à 22 vertèbres. Le chien ayant un polymorphisme important, en fonction des races on trouve différents ports :
-En cimeterre= griffon nivernais.  En virgule=Carlin. En manivelle=Bull-dog…
La caudectomie a lieu dans les premiers jours qui suivent la naissance, elle est réalisée selon l’époque, de différentes manières : ciseaux, cisailles, tenailles, pince à châtrer ou à castrer (de Burdizzo), coupe queue, élastique, bistouri, couteau ou couteau rougi, ongle (sectionné et arraché par torsion)
Le chien anoure, c’est celui qui nait sans queue, le chien brachyoure nait avec une queue écourtée. Cette particularité peut survenir dans n’importe quelle  race mais certaines sont pus touchées : Bobtail (signifie : chien à queue courte), Epagneul Breton, Berger Catalan, Berger Australien, etc., le risque c’est que cela soit associé à un gène majeur qui favorise la Spina bifida (Boston terrier).
Des études sur les malformations de l’appendice caudal faites principalement en Allemagne vont montrer que les causes peuvent être acquises (accident) touchant surtout la partie médiane et les derniers tiers, ou congénitales, dans ce cas surtout entre la 5ème et la 8éme vertèbre.

Pour ou contre
Pour l’amputation de la queue

-         Cela évite les blessures : chez les chiens de chasse broussailleurs
Chez les chiens de berger (selon le Club Américain)
-         Cela évite de faire du bruit dans l’approche du gibier
-         Chez le Terrier de travail cela lui permet d’évoluer dans un milieu restreint (galeries)
-         C’est pour l’hygiène car chez certaines races (Yorkshire-Bobtails)
les poils s’encrassent lorsque le chien fait ses besoins.
-         Avec la queue coupée on ne peut plus reconnaître la race
 Pour une queue naturelle


-         On n’a jamais vu un loup avec la queue longue être gêné pour chasser
-         Le chien de berger ne peut pas se blesser s’il a une queue, l’exemple le plus évident c’est le Border Collie qui est utilisé à 95% par les éleveurs dans tous les biotopes
-         La queue c’est un balancier prévu par la nature pour le saut, la course et les changements de direction brusques. Chez le chien d’eau comme le Terre Neuve il fait office de gouvernail.
-         La queue sert au langage de l’espèce (communication) à distance comme chez le chevreuil ou le Lycaon (pinceau blanc au bout de la queue)  pour signaler les intentions ou un danger éventuel.

Il est difficile pour les éleveurs de certaines races d’admettre de produire des chiens naturels, il suffit de voir ce qui se passe avec le Doberman dont les ventes ont chutées de façon spectaculaire, néanmoins est-ce que l’on peut aller conte la coure de l’histoire…
Pour ma part, le cynologue désire conserver l’image du standard connu et est très gêné de voir les chiens presque totalement transformés, alors que l’éthologue est partisan du chien le plus naturel possible qui ne risque pas d’être traumatisé à la période sensible et qui peut communiquer avec ses congénères avec tous ses moyens : paupières, yeux, diamètre de pupille, face, babines, muscles faciaux, oreilles, corps, queue…
Un avantage certain que l’on peut constater pour les chiens « naturels », surtout dans certaines races : Dobermann, Amstaff, Rott, Dogue Allemand, etc., c’est que leur nouvelle esthétique les rend sympathique, à l’égal d’un Golden Retriever, leur apparence n’est plus celle qui était prévue autrefois pour impressionner avec les oreilles taillées. Maintenant les gens vont volontiers vers eux au lieu d’avoir un mouvement de recul, si cela commence dès le plus jeune âge, cela suffit pour conditionner à l’amabilité avec les humains, à « instrumentaliser » le contact (non le contraire.
Il resterait encore une solution, c’est de sélectionner des chiens qui naissent sans queue, il existerait une protéine capable de cela. Elle est appelée protein T ou Brachyury, du grec « brakkus » = court et de « oura »= queue Cette protéine se lierait aux génes pour les contrôler par un moyen nommé T_Box, dès l’étape embryonnaire, lorsque la colonne vertébrale s’élabore.
Un Anglais, le Dr Cattanach, généticien et éleveur de Boxer a tenté cette expérience en utilisant le Corgi Pembroke (chien préféré de la reine d’Angleterre) croisé au Boxer. Pourquoi le Corgi, car il arrive souvent qu’il nait sans queue et qu’il existait donc un gène dominant.
Lors de la première portée entre une chienne Boxer et un Corgi, 5 chiots parfaitement seins serait nés avec une queue courte, 2 autres à queue longue.
Deux des femelles furent couvertes par un Boxer, sur les 16 chiots nés de ces unions 7 avaient la queue courte. Il est évident que les tailles, la mâchoire, les têtes étaient variées, seul un sujet femelle avait l’aspect Boxer.
Cette femelle croisée avec 1 Boxer donna 5 chiots à queue courtes avec un assez bon type.
Il y eut une quatrième et une cinquième génération avec la naissance de sujets dans le standard qui furent inscrits dans le livre des origines du Kennel Club mais si on peut faire naître des Boxers à queue courte, il reste quand même dans les portées qui suivent environ 50% de Boxers à queue longues.
Bernard KAFKA de l’Association Française du Boxer (info.canin.free.fr) me communique la réaction du Boxer Klub Allemand qui a ajouté un additif au standard de la race : « la queue est de longueur normale et laissée naturelle »

Les races concernées par la caudectomie:

1er groupe :

Berger Australien (Club Français pour l’Amélioration de Race Berger Australien)

Schipperkes (Schipperkes Club de France)

Bobtail (Bobtail Club de France)

Berger des Pyrénées (Réunion des Amateurs de Chiens Pyrénéens)

Bouvier des Flandres (Club du Bouvier des Flandres)


2ème groupe :

Schnauzer (Club Français du Schnauzer et du Pinscher)

Dobermann (Dobermann Club de France)

Boxer (Boxer Club de France)

Matin de Naples (Club du matin Napolitain)

Rottweiller (Club Français du Rottweiller)

Cane Corso (Association Française du Cane Corso)



3ème Groupe :

Airedale (Club Français de l’Airedale et divers Terriers)

Fox Terrier (Réunion des Amateurs de Fox Terriers)

Jagd Terrier (Jagd Terrier Club de France)

Jack Russel (Club du Jack Russel Terrier)


6ème Groupe :

Griffon Vendéen (Club du Griffon Vendéen)

Griffon Nivernais (Club du Griffon Nivernais)


7ème Groupe :

Braque Allemand (Club Français du Braque Allemand)

Braque d’Auvergne (Réunion des Amateurs de Braque d’Auvergne)

Braque Bourbonnais (Club du Braque Bourbonnais)

Braque Français (Club du Braque Français)

Braque Hongrois( Club Français du Braque Hongrois)

Epagneul Breton (Club de l’ Epagneul Breton)

Korthals (Club du Griffon d’Arrêt Poil Dur Korthals)


9ème Groupe :

Caniche (Club du Caniche France)

Griffon belge (Club du Griffon Belge, du Griffon Bruxellois et du Brabançon de France)

King Charles et Cavalier King Charles (Club des Epagneuls Nains Anglais)





 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.