Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Témoignage
11 Novembre- VERDUN 14-18 La France réfractaire aux Chiens de guerre 10/11/2013 [Lu 859 fois]


VERDUN 14-18 La France réfractaire aux Chiens de guerre


 Le lieutenant Jupin, du 32ème de ligne, est un vrai cynophile en 1887 va publier "les Chiens militaires dans l’armée française", puis, en 1890 "Tactique et Chiens de guerre", essayant de démontrer que leur emploi seraient d’une grande utilité. Comme ses supérieurs se désintéressent totalement, il va lui-même acheter des chiens et les former, puis faire des démonstrations des services qu'ils rendent au cours des grandes manœuvres. Le ministère de la guerre va recevoir des rapports élogieux concluant à l’adoption du chien de guerre mais aucune suite n’y fut donnée.


D'autres tentatives eurent lieu dans divers corps d’armée : le capitaine Lauth en 1909 au 67ème régiment d’infanterie, le lieutenant Faucher au 21ème bataillon de chasseurs à pied, le lieutenant Collot au 27ème régiment d’infanterie, le lieutenant Jarry au 5ème régiment de dragons, le lieutenant Isnard au 58ème régiment d’infanterie, le lieutenant Vicart au 38ème régiment d’infanterie, le lieutenant Buer au 19ème bataillon de chasseurs à pied, etc. Des chiens vont leur être offerts par des associations d’amateurs de chiens de berger, qui ne voulaient pas que les Allemands aient le monopole du chien de guerre (ils avaient à l'époque 6000 chiens de guerre).


Le ministre de la guerre voulait totalement ignorer le chien de guerre…
Le journal « l’Eleveur » multiplia les articles sur ce qui se faisait en Allemagne, sur les essais concluants en France. On doit au lieutenant Faucher, un chenil officiel militaire créé  à Toul en 1913, avec une douzaine de chiens offerts par des amateurs.


En août 1914, un dresseur professionnel de chiens de berger, Jouhant, de Bourg-la-Reine, qui connaissait l’organisation allemande, va préparer et offrir au ministre de la guerre dix chiens dressés et trente prêts à être mis en dressage. Ses lettres et dépêches restèrent sans réponse… De nombreuses offres similaires vont être ignorées des instances!


Dès la mobilisation, en Août 1914, la « Société nationale du chien sanitaire » avait préparé des chiens pour retrouver et secourir les blessés, une décision en date du 15 septembre 1915 va les supprimer. Exceptionnellement, le 19ème bataillon de chasseurs, part avec six chiens de guerre (de liaison), dressés par le lieutenant Buer, ils ne tardèrent pas à être tués, et ils ne furent pas remplacés. Quelques amateurs de chiens de bergers furent sollicités pour l’armée des Vosges ; l’un d’eux, partit fin décembre 1914 au 12ème bataillon de chasseurs avec une équipe d’une douzaine de chiens.


Le directeur de « l’Eleveur » va s’adresser au général de Maud’huy, qui commandait alors l’armée des Vosges et d’Alsace, il lui demanda d’organiser un service de chien de guerre. Sa proposition acceptée, il va partir au front avec quinze dresseurs professionnels choisis parmi des militaires des vieilles classes ou du service auxiliaire, et une soixantaine de chiens offerts par des amateurs. Fin juin 1915, le chenil militaire de la VIIème armée fonctionnait et mettait en service des chiens de diverses spécialités, dont n’eurent qu’à se louer les chefs de corps. le second chenil sera celui de la IIème armée (général de Castelnau). Ensuite, le chenil militaire de Toul devint chenil de l’armée de Lorraine ; puis un chenil fut créé pour la région de Dunkerque.  


Millerand, alors ministre de la guerre, reconnut enfin officiellement, le 25 décembre 1915, les chenils militaires et rattacha le « Service des chiens de guerre » à la Direction de l’infanterie.


Exemple d'hommage aux chiens, environ 4000 tués, 2000 disparus:

"Le lieutenant-colonel commandant le 52ème R.I. porte à la connaissance de tous la mort du chien-sentinelle Lion, n° mle 147 et du chien de liaison Lion, n° mle 164, tués tout deux à la cote 304.
Ces deux fidèles camarades du soldat avaient rendu, en de nombreuses circonstances, les plus précieux services au régiment."


 Après la guerre, certains vont aider les régions libérées, exemple, 100 voiturettes et 300 chiens notamment affectés au ravitaillement de la ville de Lille.   


Photo : 11 Novembre- VERDUN 14-18 La France réfractaire aux Chiens de guerre!
Joseph Ortega

 Le lieutenant Jupin, du 32ème de ligne, est un vrai cynophile en 1887 va publier
Chien télégraphiste

 


 






 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.