Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Ethologue - Ethologie - Loup
Soumission à l'autorité 21/05/2007 [Lu 709 fois]

Article de la rubrique « Psychologie »

Hors-série N° 42 - Septembre-octobre-novembre 2003
La Bibliothèque idéale des Sciences humaines.


Soumission à l'autorité


stanley Milgram, 1974, trad. fr. 1974, rééd. Calmann-Lévy, 2002. Gilles Marchand


1974 stanley Milgram


Jusqu'où peut-on aller par obéissance ? En découvrant les expériences que le psychosociologue américain Stanley Milgram a menées dans les années 50, le lecteur ne peut être que partagé entre des questionnements sur l'âme humaine, et une interrogation plus personnelle : dans la même situation, qu'aurais-je fait ?

Imaginez la situation suivante, que Milgram a proposée à ses sujets : vous acceptez de faire partie d'une expérience menée par un laboratoire de psychologie sur la mémoire. Vous êtes le « maître », et dès que l'élève donne une mauvaise réponse, vous le punissez par une décharge électrique de plus en plus puissante. Que faites-vous ? Sous la pression verbale de l'expérimentateur, la plupart des maîtres ont infligé des décharges élevées, jusqu'à 450 volts - les plus intenses - tout en sachant que celles-ci étaient mortellement dangereuses (les décharges étaient en fait fictives, et l'élève un comédien qui simulait la douleur). Faut-il en conclure que la force de l'autorité nous transforme en tortionnaires en puissance ? Il faut souligner que les situations expérimentales ont donné lieu à des résultats contrastés. Dans une des conditions expérimentales, où les maîtres étaient placés à quelques dizaines de centimètres de l'élève, 40 % allaient jusqu'aux décharges maximales. En revanche, s'il est libre de choisir lui-même l'intensité du choc, donc dans une situation de plus faible autorité, le sujet reste généralement très modéré.

Il n'empêche, ces résultats, spectaculaires même pour Milgram, et qui ont suscité de vifs débats, attendaient une explication. Les sujets ne pouvaient-ils pas s'opposer à l'expérimentateur, puisqu'ils avaient conscience des conséquences de leur obéissance ? Pour Milgram, ces actions choquantes a priori s'expliquent par la notion d'« état agentique », c'est-à-dire une « condition de l'individu qui se considère comme l'agent exécutif d'une volonté étrangère, par opposition à l'état autonome dans lequel il estime être l'auteur de ses actes ». L'individu, dans cette perspective, estime être engagé vis-à-vis de l'autorité, mais ne se sent pas responsable des prescriptions de celle-ci.

Si Milgram reconnaît que son expérience révèle « la faculté qu'a l'homme de dépouiller son humanité et, pis encore, l'inéluctabilité de ce comportement » dans certaines circonstances, il souligne néanmoins que cette situation expérimentale - un individu solitaire confronté à une autorité - est « une distorsion illusoire de la façon dont les choses fonctionnent dans le monde réel ».

Pour Milgram, ses expériences - qui furent très critiquées, tant sur un plan méthodologique qu'éthique -, autorisent un regard neuf sur les exactions commises par les régimes totalitaires, à commencer par l'Allemagne nazie. Dans ces situations extrêmes comme dans ses études, on remarque un « extraordinaire degré d'asservissement à l'autorité ». Mais l'auteur relativise la portée de ses résultats, en rappelant toutes les situations historiques dans lesquelles la résistance à une autorité malveillante a pu s'élaborer, grâce à l'action collective.










 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.