Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Ethologue - Ethologie - Loup
Ethologie "Le Comportement du Mouton" 1ère partie 16/05/2014 [Lu 1765 fois]


Ethologie "Le Comportement du Mouton" 1ère partie
Joseph ORTEGA

Habitant à Marignane, j'ai pu pendant des années venir à Salon-de-Provence pour observer la formation des bergers transhumants ou non, évidemment c'est surtout le travail des chiens qui m'intéressait...
Ecole de Berger du Merle, une formation de 1 an diplômant.

Domaine du Merle, près de Salon-de-Provence.

  • Comportement des animaux
  • Contention bovine et ovine
  • Pathologie et soins des animaux en estive
  • Identification ovine et bovine
  • Dressage des chiens de troupeaux
  • Ressources fourragères - conduite du pâturage
  • Connaissance du milieu naturel, plantes et animaux
  • S'orienter en montagne
  • Météorologie
  • Diagnostics pastoraux
Ovis aries
 
Sous-famille Caprinae
Famille Bovidae
Ordre Artiodactyle: nombre pair de doigts par pied, et dont le poids est supporté à part égale par les troisième et quatrième doigts
Classe Mammalia


Le nom des ovins (Ovis aries) :

Agneau ou agnelles : si moins d’un an

Antenais ou antenaise : de 1 à 2 ans

Béliers ou brebis : adultes

Mouton : mâle castré de plus de 1 an
Photo : Le caractère du Berger des Pyrénées! Joseph Ortega 
Le problème et il est de taille, c’est qu’on a tendance à assimiler le Berger des Pyrénées à un chien de salon pour sa jolie frimousse et son pelage en coup de vent, ce qui engendre bien des drames.
Ceux qui ont le coup de foudre pour la race devraient savoir que la vraie vie d’un Berger des Pyrénées c’est une cinquantaine de kilomètres par jour, être capable de conduire les brebis lors d'un orage avec le tonnerre et la foudre, des affrontements avec le bélier ou la brebis récalcitrante, la tension permanente pour tout observer du troupeau, contrairement au Border qui exécute de manière mécanique les ordres le Pyrénées peut désobéir (prendre l'initiative d'aller chercher une brebis esseulée dans une vallée, sans obéir au rappel du berger) tout en ayant l’œil sur le maître, de l’action toujours....
Pour le faire vivre dans les villes il faut, d’une part libérer cette énergie naturelle dans le sport ou la pratique de discipline de travail comme l’obéissance, le pistage,  l’Agility, d’autre part en mettant en place de manière claire et précise la hiérarchie aux maîtres et la sociabilité aux gens et aux animaux. Beaucoup de chiens citadins souffrent d’anxiété permanente, d’hyperactivité et d’agressivité par crainte…
Photo: IndieIndie des transhumants, décédée à 23 ans

Une espèce grégaire :
Il existe environ 200 races, à l’état sauvage elles sont plutôt de couleur brune, c’est l’homme qui a sélectionné pour obtenir la laine avec des couleurs différentes. Le crâne du mouton domestique diffère de celui du mouton sauvage par la cavité de l'œil et du cerveau réduits (comme les autres espèces domestiquées). La domestication débute autour de 11 000 ans au Proche-Orient, par la capture et le maintien dans des zones fermées. On compte trois espèces : Ovis gmelini (mouflon) avec 54 chromosomes, Ovis vigneli (urial) avec 58 chromosomes, Ovis Ammon (argali) avec 56 chromosomes. Au début les moutons du néolithique ont un pelage constitué de jarres et de poils, ce n’est qu’à l’âge du bronze que les poils laineux apparaissent au Proche-Orient. En Egypte, le bélier était le symbole de plusieurs dieux : Khnoum, Harsaphes et Amon (dieu de la fécondité). On trouve également le dieu phénicien Baal et le dieu babylonien Ea-Oannes. En Grèce, le mouton Chrysomallos fait partie de la légende de la Toison d'or qui continue d'être racontée encore aujourd'hui. Les Grecs et les Romains sacrifiaient des moutons dans leur pratique religieuse. Dans le judaïsme on trouve l'agneau de Pâques. En astrologie, le bélier est le premier signe du zodiaque.

Les brebis, selon la race, peuvent peser 45 à 100 kg, le bélier de 45 à 160 kg (rappelez-vous les croyances qui veulent que le loup soit apte à les emporter sur leur dos). A noter la présence de glandes situées dans l'os lacrymal, la région de l'aine et entre les deux principaux orteils du pied. Ces glandes sécrètent une substance semi-liquide claire qui donne au mouton domestique son odeur caractéristique.

Une soixantaine de races ovines en France dont certaines sont aujourd'hui des races dites de conservatoire.
La "Causse du Lot" dans notre région est une race ovine française originaire des plateaux calcaires du Lot : les Causses du Quercy. C'est une brebis de grand format (bélier 90 kg en moyenne et 60 kg pour la femelle) à la toison et la tête blanche, caractéristique par ses oreilles et ses lunettes noires et l'absence de cornes chez le mâle comme chez la femelle. La race "causse du Lot" n'est sélectionnée que depuis la seconde partie du XXe siècle, et on cherche surtout à développer ses qualités laitières. On compte environ 140 000 animaux à l'heure actuelle.
La principale caractéristique des brebis c’est cette vie en groupe, en communauté fermée, avec cet instinct de suite et d’imitation des congénères que l’on nomme « allélomimétisme ». D’où la qualification de « mouton de Panurge », du fait qu’ils suivent aveuglément les leaders, ce qui peut conduire à la chute dans un ravin, par exemple si quelque chose les effraie. Cette vie en groupe implique une structure sociale et une hiérarchie. On dit que le troupeau est en déplacement lorsqu’il avance, les bêtes serrées les une contre les autres ; qu’il chôme lorsqu’il se repose, qu’il est dispersé lorsque les bêtes sont dispersées et pâture.
Pour s’alimenter les brebis sont aptes instinctivement à reconnaître les herbes qui sont bonnes pour elles (certaines sont toxiques : Rhododendron, rhubarbe, glands du chêne), les agneaux apprennent également en imitant la mère. Pour mener la troupe, le sujet leader est souvent une brebis âgée (Menou). Les autres suivent, toutes avancent, se reposent, broutent, en même temps, utilisant toujours les mêmes parcours lors des déplacements (on peut observer les sentiers tracés), prenant leur repos aux mêmes endroits. Elles vont manger ainsi une dizaine d’heures par jour, parcourant de 2 à 15 km selon la qualité de l’herbe, les abris potentiels, le nombre d’individus, les conditions atmosphériques. Elles ont 32 dents et mangent à ras du sol (les chèvres préfèrent les feuilles), ensuite, grâce au fait qu’elles ont plusieurs estomacs ce qui est mâché va dans le rumen (première chambre) puis est régurgité et donc ruminé pour pouvoir être digéré ; l’avantage avec ce système c’est qu’elles peuvent ruminer à l’abri des prédateurs. Lorsque les incisives sont usées, elles ont du mal à se nourrir, les plus vieilles en arrivent à ne plus pouvoir se nourrir.
Dans les zones montagneuses on peut diviser les pâturages à proximité de l’exploitation en hiver, de ceux qui se font en Automne par exemple, à environ 1 OOO m d’altitude ; enfin l’estive en été, où le berger a souvent une cabane qui sert de camp de base, à plus de 2 000 m d’altitude. Le départ est donné le matin avant le lever du soleil et le retour a lieu vers 2O h, les bêtes étant parquées et surveillées durant la nuit par les chiens.
Il est évident que dans les zones où elles ne sont pas gardées elles sont inquiètes, surtout si elles sentent la présence de prédateurs, dans ce cas elles vont rester dans des endroits dégagés et faire du surpâturage, le stress occasionnant une sous alimentation et une plus grande sensibilité aux maladies et aux avortements. elles ont un champ visuel de 270° à 320° environ, elles peuvent voir derrière eux sans avoir à tourner la tête.
Il faut compter également sur les particularités raciales, par exemple, les limousines s’écartent les unes des autres pour brouter, n’hésitant pas à manger bourgeons et feuilles, la tête souvent redressée, en alerte, en cas d’affolement elles ont tendance à se disperser ; alors que les charmoises se rapprochent des congénères pour brouter au sol, la tête basse, et se serrent en cas de stress. Donc s'il y a plusieurs races au même endroit, il peut se constituer des sous-groupes. La brebis bêle, mais le bélier blatère.

Les brebis sont pubères entre 6 et 12 mois. Le mâle est polygame et non territorial, il vit en solitaire, il ne défend pas son espace contre les autres moutons, sauf en période d’œstrus (période de lutte) ou il écarte les mâles. Un troupeau de brebis est généralement fécondé par un seul bélier, choisi par l'éleveur ou le dominant après lutte avec d'autres béliers. En général les mâles seront retirés après la reproduction, sinon leur présence au milieu des brebis peut avoir des effets néfastes (modifications des dates des chaleurs, manque de fertilité). Le mâle actif produit des phéromones qui stimulent la brebis. Les femelles viennent régulièrement en chaleur, tous les 17 jours en moyenne, le  comportement d’œstrus dure généralement de 24 à 36 heures mais cette durée varie en fonction des races.

• Phase d’attraction: durant cette phase la femelle a des changements à la fois morphologiques et physiologiques. L'émission d’odeurs caractéristiques ou la coloration de la région ano-génitale pour attirer le bélier

• Phase pré-copulatoire:  augmentation de l’activité motrice, détournement de la tête vers le bélier, frétillement de la queue.
• L’accouplement: elle accepte les chevauchements, s’immobilise tête baissée.
Photo : Ethologie
Pour en savoir plus, mon livre "LE LOUP REVIENT" à commander dans ce site!



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.