Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : La méthode naturelle
FORMATION CHIENS DE BERGER METHODE NATURELLE 24/07/2014 [Lu 970 fois]


FORMATION CHIENS DE BERGER METHODE NATURELLE
Copyright Joseph ORTEGA


Les chiens de troupeau ont probablement débutés au néolithique (VIIIe millénaire avant notre ère) lors du passage des humains chasseurs-cueilleurs du Paléolithique, aux humains éleveurs-agriculteurs avec une vie sédentaire, les chiens domestiqués il y a 100 000 ans, n'avaient à cette époque où les animaux qui servaient de nourriture étaient stockés, qu'un rôle de protection et d'accompagnent. l’Aurochs (Bos primigenius) qui va donner le bœuf. La chèvre aegagre (Capra aegagrus) qui va donner la chèvre. Le mouflon oriental (Ovis orientalis) qui va donner le mouton. Le sanglier (Sus scrofa) qui va donner le porc…

Pour le véritable travail des chiens de conduite on dit que cela a commencé dans les iles scandinaves de l’Atlantique Nord, aux iles Féroé et en Islande. On va les retrouver dans les îles britanniques, les iles Shetland, le Pays de Galles, puis jusqu'en Crète. En Europe, la transhumance est sans doute aussi ancienne que l’élevage. Ce qui est prouvé par l’existence de grottes bergeries occupées de façon saisonnière dans des sites néolithiques de montagne. On a retrouvé des ossements de chiens de petite taille datant du néolithique dans les Pyrénées (25 crânes à Ségus près de Lourdes, également à Peyreignes, Montry, Arrats, Peyrouse…), une époque où il y avait tellement de troupeaux qu'on pouvait déjà parler de surpâturage. Les ossements trouvés dans les cavernes néolithiques de l'Espagne nordique prouvent qu'il y a 12 000 ans les habitants de l'époque employaient déjà ces chiens de taille moyenne, le berger basque (Euskal Artzain Txakurra), cousin du berger des Pyrénées. Si la race a été préservée des recompositions génétiques au fil des siècles, par son isolement en montagne (chaque vallée des Pyrénées avait son type de berger), nous avons alors à notre disposition le type même du chien de berger tel qu'il devait être dans l'antiquité.
Chez les Romains les bouviers et bergers étaient les "Canes pastorales" à différencier des chasseurs "Canes venatici" (sagaces: pisteurs, celeres: lévriers, pugnaces: tueurs), les chiens de compagnie étaient les Canes villatici. Il faut dire qu'au temps des romains le fromage se vendait à Toulouse, une brebis peut donner 20 kg de fromage dans la saison!


 

1) Origine des capacités du chien de conduite: les instincts naturels de prédation!

Il doit pouvoir s'imposer aux brebis, les faire bouger, répondre aux signaux du maître
La poursuite vient de la quête du gibier: explorer, rechercher une proie, la détecter, la rabattre. Elle ne doit jamais aller jusqu'au bout, c'est-à-dire l'agression pour tuer.
L'approche:  aller au plus prêt sans faire fuir, si possible à contrevent, donc en contrôlant parfaitement l'affut, aller au plus près sans être repéré, se placer dans la première phase d'agression (regard fixe, corps replié et tendu).


Faire bouger: garder la position de prédateur pour imposer son autorité sur la proie, se déplacer latéralement toujours face à elle, pour la faire bouger et la conduire.
Parmi les nombreuses races de chiens de berger, celui qui a gardé le plus de capacité dans ce domaine est sans nul doute de border collie, une race presque toujours sélectionnée sur le travail depuis sa création. Il doit à ses ancêtres loups et à un apport de sang Setter la posture d'arrêt face à  la proie. L'absence de vocalisations pendant son travail, son regard fixe, ses mouvements lents et rampants, la position de tête, la queue basse, le placage au sol. Sa façon d'avancer par à-coups, séparer le troupeau en deux parties et faire sortir les brebis marquées, de rassembler, contourner les brebis pour les rabattre vers le berger. Des techniques de prédation que l'on retrouve dans une meute de loups!
 
Les moutons à face noire d'Ecosse sont appelés "Coalies", d'où son nom.
 
 
1873: premier concours de chiens de berger à la fête de Bala au pays de Galles, organisé par le créateur du Kennel club, Loyd Price. Le meilleur est un chien écossais, Tweed, à James Thomson. 1893: on considère l'étalon "Hemp" comme le père de tous les Border-Collies actuels. Surnommé Old Hemp il mourut en 1901 après avoir engendré près de 200 descendants
1906: c'est l'International Sheepdog Society qui organise les concours et ouvre le Stud-Book (livre généalogique)
1915: Le nom Border Collie est fixé par A. Reid, en hommage à la région d'origine de la race.
l’International Sheep Dog Society (ISDS) reste à l'écart de la cynophilie officielle de son pays ou internationale, il est le seul club de race de chiens de berger, avec son propre Livre des Origines et ses propres règles, parvenant à imposer dans le monde entier sa race, et un programme de concours tout en restant à l’écart de la cynophilie dite officielle.

2) Travailler le contrôle du chien, d'abord sans les brebis
Avec ma Méthode Naturelle, il est évident qu'il ne doit y avoir aucune contrainte (collier étrangleur, collier à pointes, collier électrique), le collier n'est même pas nécessaire et il n'est pas nécessaire de le toucher. Tout doit se faire dans le respect du chien.

Il est évident que plus en commence tôt plus l'apprentissage sera facile à réaliser avec la Méthode Naturelle, donc dès l'âge de1 mois chez l'éleveur (sevrage=motivation), dès 2 mois chez le maitre.
S'il s'agit d'un chien adulte ce sera les mêmes principes, à condition qu'il soit normal: gourmand, joueur, équilibré, sociable.
On utilise les instincts de prédation comme pour le chien d'arrêt à la chasse, mais de la même manière il doit bloquer son attaque et pouvoir répondre immédiatement aux signaux du maître
- Le rappel (en toutes circonstances): chien tenu par un étranger, au rappel on le lâche, à l'arrivée, récompense du maître (friandise ou jouet). Le maître couché, assis, debout sur une chaise, sous une couverture, au milieu de personnes, en train de courir, etc.

- Positions: il s'agit d'assouplissements, on lève la main qui tient le sujet de motivation il s'assoit et reçoit en même temps le signal à mémoriser "assis", on l'abaisse il va se coucher et recevoir l'ordre "couché", on la déplace devant lui et on dit "stop" ou "debout"

- Pour le "pas bouger", on reprend la gestuelle du couché, dès qu'il est en position en maintien la main qui tient ce qui l'intéresse, devant lui, d'abord quelques secondes, puis de plus en plus longtemps. Pour chaque gamelle également il faudra recommencer en posant celle-ci devant-lui en donnant le signal, et lui offrir en retardant de plus en plus et en éloignant celle-ci de plus en plus.

- Stop: on peut travailler avec une baguette au bout de laquelle est attaché son jouet préféré. On va l'exciter pour mobiliser l'instinct de proie en la faisant bouger de droite et de gauche, soudain on la lève hors de portée et on donne le signal "stop" qu'il a déjà travaillé, s'il se bloque on lui offre au bout de quelques secondes. Ensuite, on retardera de plus en plus l'offre, on commencera à l'abaisser, à reculer, à bouger latéralement, de plus en plus longtemps sans lui donner…

- On peut également travailler le rappel avec blocage. On fait un couloir resserré au centre avec une clôture à moutons en filet et piquets. Le chien est tenu par une personne, on place au niveau du rétrécissement, un plot sur lequel on pose une friandise, le maître rappelle en restant derrière celui-ci. Dès que le chien arrive il est obligé de s'arrêter, il reçoit le signal "stop" et en même temps il récupère la friandise. On va varier la zone de blocage avec rétrécissement, puis on retire ce dernier en ne laissant que la clôture parallèle, ensuite il n'y aura qu'un seul côté de la clôture et le cône peut par moment n'avoir rien dessus, c'est le maître qui vient l'offrir. Puis, il n'y a plus de clôture du tout et le cône commence à disparaître par moment. En fin d'apprentissage, le stop peut être suivi du "avance", puis du "stop" à nouveau.

- Gestuelle bras: lors des positions, la main associée à la friandise  ou au jouet a déjà été associée au signaux verbaux, maintenant on peut utiliser plusieurs techniques. Avec le chiot on peut commencer avec la baguette qui a le jouet au bout: "stop" baguette en face, "droite" baguette à gauche, "gauche" baguette à droite. Dans tous les cas n'oublions pas que lorsque le chien est face de nous, sa droite est à notre gauche, et sa gauche à notre droite.

 


On peut utiliser à nouveau la clôture amovible troupeau, un couloir qui peut obliquer à droite ou à gauche. Le chiot ou le chien est tenu, on place le cône qu'il connait  face à lui, au niveau de l'angle, on l'appelle, au niveau du cône on dit "stop", on fait un geste du bras droit et on dit "à gauche" au bout du couloir se trouve un second cône auquel il est conditionné, avec dessus la friandise. On utilisera les mêmes principes à droite du chien, puis on retirera progressivement tous les accessoires pour diriger.


3) Contact brebis

- On peut utiliser une clôture mise en cercle d'environ 15 m de diamètre, il est préférable quelle soit rigide au cas où le chien soit surexcité et tente de passer, donc éviter la clôture amovible. Prévoir au moins 5 brebis, si possible accoutumées au travail des chiens pour aider à l'éducation. C'est une période d'adaptation à l'autre espèce en associant les instincts naturels de prédation avec la mise en place du contrôle par le maître.

- La première phase consiste à s'approcher très calmement avec le chien en laisse souple avec collier normal en cuir ou nylon. Lorsqu'on arrive à proximité on le détache, normalement il devrait s'intéresser aux bêtes soit avec excitation soit avec attention selon sa personnalité. Le maître conserve son calme et tourne lentement dans le sens contraire du chien, il doit se trouver face à lui. Dès que le chien commence à se concentrer, s'immobilisant pour les observer, on donne un des signaux auxquels il est conditionné: "stop", puis on le rejoint et on le récompense. On va renouveler plusieurs fois cet ensemble: arrivée, lâcher, laisser tourner, bloquer, rejoindre.

- Dans la seconde phase, même principe, sauf que l'on va varier les contrôles à la fin: "stop", "couché", "rappel".  On tourne, s'il a compris qu'il doit toujours rester en face, il va tourner, on reprend donc les signaux de contrôle: si on va à droite, on lui dit "a droite" en faisant un geste de la main gauche; si on va à gauche, c'est le contraire.

- Troisième phase, le maître entre dans l'enclos, le chien reste dehors. On recommence à tourner, face au chien derrière les brebis, on donne les signaux "stop" ou "couché", "à droite" ou "à gauche".

 Quatrième phase, le chien et le maître dans l'enclos. Le chien est envoyé, s'il a acquis le conditionnement, il va partir derrière les brebis, on reprend donc les signaux de contrôle.

- Cinquième phase, toujours dans l'enclos, le maître va se placer au centre, au milieu des brebis et donner les ordres nécessaires, toujours en faisant face au chien.

- Sixième phase, le travail va maintenant s'effectuer à l'extérieur, sans enclos, avec des variantes comme le chien couché, le maître contourne le troupeau ou se place au milieu et envoie son chien pour contourner, puis lui donne les signaux qu'il connaît: "droite", "gauche", "stop", "couché"

- Septième phase, cette fois le maître envoie le chien et recule, puis reste à distance pour commander  

   
Voilà un ensemble de préparation au troupeau, ensuite il faut continuer en allant plus loin, en fonction des objectifs fixés: concours ou usage personnel du chien de berger pour son élevage de brebis...
Vous pouvez également vous contentez du CANT, qui est un test des aptitudes naturelles et non une épreuve de travail, pour cela on peut se contenter, en fonction du chien des premières phases...
 
CANT
 
Le Certificat d'Aptitudes Naturelles Troupeaux est un test d'aptitudes naturelles permettant de juger les aptitudes innées des chiens de bergers et de bouviers, dont celles du travail sur troupeaux. Entre 6 et 18 mois

1. Intérêt au troupeau
Le chien, tenu en laisse, est mis en présence d'un troupeau situé à une cinquantaine de mètres et la notation est fonction de la distance à laquelle il manifeste un « intérêt » pour ce troupeau.

2. Approche du troupeau
Le chien, en liberté, est conduit par son maître vers un lot de brebis (enfermé par mesure de sécurité dans un enclos grillagé).

Son comportement est jugé par rapport à l'intérêt qu'il porte ou ne porte pas aux brebis pendant son approche et à ses réactions quand il en est à proximité : intéressement, indifférence, jeu, peur, fuite, agressivité...

3. Contact avec le troupeau
Si le chien passe avec succès « l'approche du troupeau », il peut alors être mis en contact avec lui à l'intérieur de l'enclos, d'abord tenu au cordeau, puis éventuellement en liberté pour juger de son pouvoir de prise de possession.

 

 

 

 

 

 
Le CANT est réservé aux chiens de berger et de bouvier, âgés de 6 à 18 mois et inscrits au LOF. Ne sont pas admis :
- les chiens atteints de cryptorchidie ou monorchidie
- les chiens méchants ou dangereux
- les chiens atteints de maladie contagieuse
- les chiens en trop mauvais état d'entretien
Les chiennes en chaleurs sont admises mais tenues à l'écart. Elles passent en dernier.

 

Les brebis (12 à 15) sont parquées dans un cercle de 15 mètres de diamètre.

 
   
 
Le candidat et son chien tenu en laisse se présentent au Juge. Le chien est mis dans une des trois positions au choix (assis, couché ou debout). Le candidat mentionne son nom, celui de son chien, la race de celui-ci, son sexe, son âge et présente éventuellement le Carnet de Travail, qui n'est pas obligatoire.

Le Juge pose ensuite diverses questions concernant le chien : l'environnement dans lequel il vit, son éducation, s'il pratique une discipline de travail, etc. Les épreuves vont alors se diviser en deux parties 

 
  
 

 
1. LES APTITUDES NATURELLES

 
 
 

 
Cette partie va permettre d'observer :

- Les aptitudes physiques : examen morphologique simple du chien suivi d'un parcours, avec ou sans laisse, alliant course à allure soutenue et saut d'obstacles bas (50 cm maximum), permettant de juger l'endurance de l'animal.

- Les aptitudes à l'obéissance : elles sont jugées pendant le parcours précédent, puis avec l'absence du maître et le rappel.

- La Sociabilité : examen attentif du comportement vis à vis de l'homme et des autres chiens. Vérification du tatouage ou de la puce. Passage dans un groupe de personnes avec des chiens.

- Les Attitudes : le chien est couché, son conducteur rejoint un groupe situé à 4 ou 5 mètres de lui. Sans provocation ou menace, l'une des personnes laisse tomber un objet ou provoque un bruit insolite (coup de feu exclu). Le chien est jugé sur sa réaction.


 
 

 
 

 
 
   
   
     
Pour savoir utiliser la Méthode Naturelle, applicable à tous les apprentissages, voir les livres et stages de joseph ORTEGA, dans ce site!
 


 


2. LES APTITUDES BERGERES

 
 

 
 

 
 
Avant de rejoindre le point de départ situé à 50 mètres du cercle de contention, le conducteur conduit son chien en laisse à ce parc et en fait le tour. Son animal découvre ainsi les brebis. Eventuellement, le conducteur peut le motiver ou l'encourager (ATTENTION : des examinateurs peuvent oublier ce passage). Quoiqu'il en soit, le jugement "pratique" commence dès cet instant. Le Juge va observer :

- L'intérêt porté au troupeau : départ du chien, sans laisse et sans commandement, vers le parc situé à une cinquantaine de mètre de lui. Appréciation selon la distance à partir de laquelle le chien va manifester de l'intérêt.

- L'approche du Troupeau : le chien manifeste intéret, indifférence, jeu, peur, etc.

- Le contact : si le Juge, après ces deux épreuves, estime le chien "intéressant", il pourra mettre celui-ci au "contact" en le faisant entrer dans le cercle. L'animal sera d'abord tenu en longe par le conducteur, puis mis éventuellement en liberté. Le Juge pourra ainsi apprécier son courage et sa "prise de possession du lot".

 

QUALIFICATIFS

 
 

 
 

 
 
Suivant le comportement du chien au cours de ces différentes épreuves, il peut-être déclaré :
- Apte
- Ajourné : souvent par un manque de maturité due à l'âge. Cela permettra au candidat de pouvoir représenter son chien une nouvelle fois.
- Inapte : cela ne veut pas forcément dire que l'animal ne fera pas un excellent chien de travail après une formation adéquate mais que, tout simplement, ce jour là, le "mental" n'était pas au rendez-vous.

 
 
 

 
 
Selon les nouvelles dispositions, les personnes présentant le CANT pourront également faire valider le CSAU (Certificat de Sociabilité et d'Aptitude à l'Utilisation).

 
 

 


 


 


 

 

 

 



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.