Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : La méthode naturelle
MORDANT SPORTIF: COURAGE ET COMBATIVITE 25/07/2014 [Lu 666 fois]


MORDANT SPORTIF: COURAGE ET COMBATIVITE!

Joseph ORTEGA


 


 


L'agressivité naturelle au sens de courage et instinct de prédation et de défense est une fonction biologique vitale. C'est même celle qui est primordiale pour la survivance d'une espèce. Elle peut être prédatrice, territoriale, maternelle... ou instrumentale, c'est-à-dire apprise par dressage.


 


L'homme a toujours freiné celle-ci chez les chiens de bergers, n'autorisant que quelques pincements dans les gigots des brebis. Pour l'attaque et la défense, il préférait employer les races de type dogue, aussi bien pendant les guerres contre les autres hommes, que pour préserver ses propriétés et troupeaux des voleurs à deux ou à quatre pattes (loups).


 


Depuis une centaine d'années environ, la vocation de chien de troupeau ayant pour ainsi dire disparue, il s'est orienté vers les exercices d'obéissance, de pistage, ce qui est naturel, mais également de mordant.


 


En fait un chien de caractère avec un gros mordant de type dogue, se voit aussitôt limité par les exercices d'obéissance. Et un chien de berger, type Border-Collie, peut exécuter des obéissances admirables tout en n'ayant pas la volonté farouche de se mesurer avec un homme Assistant (d'attaque).


 


 Aussi est-ce dans les races intermédiaires, Berger Allemand, Belge, Briard, Beauceron, Doberman... que l'on va trouver le plus grand nombre de sujets répondant aux critères exigés à la compétition complète : Pistage, obéissance, mordant.


 


Certains sujets sont capables d'emmagasiner de l'énergie, d'autres non. Certains vont la refléter directement, d'autres la filtrer à travers une variété d'attitudes psychologiques qui sont enracinées profondément.


 


A la même situation menaçante représentée par l'agression de l'homme d'attaque, chaque individu réagit de manière différente ;


nous le voyons de manière évidente lors de tests d'aptitudes naturelles qui sont pratiqués dans la plupart des races qui nous intéressent.


 


On découvre des sujets très courageux qui réagissent immédiatement en défendant ; pour d'autres, l'attitude est mitigée avec une angoisse qui fait pressentir que l'événement est diffus, vague, mystérieux, imprécis pour lui ou bien encore qui lui fait peur en représentant un danger concret, immédiat, qu'il lui faut fuir à tout prix.


 


Selon Mira y Lopez, cinq domaines font la personnalité : Agressivité, contrôle émotionnel, énergie vitale, degré d'excitation et d'inhibition.


 


Alors que le chien commence à être étudié de plus près par les scientifiques, en particulier sur le phénomène d'apprentissage (Pavlov et son conditionnement sont bien loin) ; au moment ou fleurissent des théories comportementalistes ou cognitives sur les techniques de modification du comportement, on s'aperçoit bêtement que les utilisateurs, sans être éthologistes ou psychologues, savent depuis longtemps que l'éducation canine demande des démarches progressives faites d'une succession d'équilibre, entre les possibilités du sujet et la situation d'information et que l'éducateur, de par son « charisme » peut engendrer, souvent malgré lui, l'éveil et la docilité ou l'opposition et la passivité.


 


On ne peut parler de sélection pour la compétition, sans parler de l'équipe que forme le maître avec son chien. Dans la société de loisirs qui est la nôtre, le sport canin amateur a pris toute sa mesure, permettant de se divertir tout en renouant avec la nature par le biais de l'animal sur un terrain de plein air.


 


Quand on aborde la compétition, c'est certes un exutoire à un mode de vie trop technique, mais c'est aussi un moyen de se remettre en question, de développer sa personnalité, sa maîtrise de soi.


 


Comme la plupart des sports exigeant une certaine dose d'agressivité, la compétition canine demandera une recherche des limites de soi- même et de celles de son chien, afin de tenter d'affirmer la supériorité de « son équipe » sur les autres équipes chiens-maître. Tout en respectant l'adversaire, il faut s'astreindre à des séances d'entraînements nombreuses et très éprouvantes, afin de le battre sur le même terrain, en respectant les mêmes règles d'où les tricheries sont exclues.


 


 Pour en savoir plus, mon livre "Le Guide de l'éducation canine par la Méthode Naturelle" dans ce site!



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.