Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Les idées recues sur le chien
Quelques idées reçues sur le chien reproducteur 22/01/2015 [Lu 553 fois]



Quelques idées reçues sur le chien reproducteur !

Joseph ORTEGA


 


On peut parler d’affirmations gratuites, d’idées préconçues, de croyances populaires, etc. certaines ont la vie dure, d’autres n’ont pour ainsi dire plus cours. Nous allons peut-être détruire une certaine forme d’imaginaire qu’on trouve chez les maîtres, même chez certains « spécialistes » attachés à des conceptions anciennes (qu’ils finissent par croire réelles), pour la race ou le chien qu’ils affectionnent.


 


1-      La télégonie ou imprégnation maternelle :


Une femelle en chaleur ayant été saillie et fécondée par un mâle d’une autre race ou par un bâtard, de manière accidentelle, aurait tendance à produire des chiots ressemblant à celui-ci lors des gestations ultérieures, même si elle est saillie par un mâle de sa race.


Cette accusation de mésalliance a été appelée « télégonie » ou « imprégnation maternelle », il ne s’agit que d’un mythe qui ne repose sur rien de scientifique.


Pourtant on retrouve dans l’histoire et même au début du siècle certains éleveurs qui supprimaient leur chienne de race pure qui avait fauté, croyant qu’elle était souillée à jamais dans sa descendance.


En 1655, Robert de Salnovre insiste sur le fait que, lorsqu’on avait une chienne saillie, il fallait l’empêcher de regarder les autres mâles, surtout s’ils avaient une autre couleur de poil : « si elle voyait un chien d’un autre poil, ses chiens en tiendraient et seraient bigarrés par la force de l’imprégnation ».


Du Fouilloux, en 1573, dira : « De quelque chien qu’une lice sera couverte, la première fois qu’elle sera en chaleur, et de sa première portée, soit de Mastin, Lévrier ou chien Courant, en toutes les autres portées qu’elle aura après, il s’en trouvera toujours quelqu’un qui ressemblera le premier chien qui l’aura couverte ».


Gayot, en 1867 : « La première fécondation a-t-elle une influence quelconque sur les suivantes ? Oui, sans doute, répondent les grands éleveurs, les plus experts et les autres (...). Veillez à ce que le succès de toutes les portées à venir de la lice ne soit pas compromis par une fécondation préalable et mauvaise ».


En 1900, Megnin parlant du Braque de Bourbonnais : « Chaque fois que les taches, au lieu d’être disséminées sur tout le corps, sont en plaques très étendues, on peut être certain qu’il y a eu mésalliance ».


Cornevin en 1891 : « Une chienne d’Artois, fécondée une première fois par un Mâtin dont les yeux étaient vairons, se lia plus tard à un mâle de sa race et eut, dans sa portée, un petit ayant les yeux vairons ».


En fait si des chiots naissent différents du père, c’est qu’il s’agit, soit d’une manifestation d’atavisme qui fait apparaître des caractères qui existaient dans le potentiel héréditaire de celui-ci ou de la femelle (mais qui n’étaient pas visible), soit d’une superfécondation, si la mère a été saillie par des mâles différents avec fécondation de plusieurs ovules au cours des mêmes chaleurs (c’est pourquoi on recommande d’isoler la femelle saillie, des autres mâles).


 


2-Dans la reproduction, le mâle est plus important que la femelle :


Il faudrait pour cela avoir un mâle homozygote, c’est à dire qui posséderait en double les gènes correspondants aux caractères désirés. S’il n’a que des caractères dominants il devient un raceur absolu, ce qui est impossible à trouver.


Un reproducteur ne peut transmettre, quelle que soit sa partenaire que ceux de ses caractères qui sont dominants.


En définitif, la responsabilité de la génétique sur la descendance est identique chez le mâle et chez la femelle.


Dans l’élaboration des races canines, c’est la consanguinité qui a permis de fixer les qualités des individus à l’état homozygote. Rappelons que l’influence du milieu, de l’alimentation, de l’exercice peut jouer un rôle non négligeable et que la mère doit être considérée comme plus importante que le mâle car, en plus de ses caractères génétiques, elle est un modèle à imiter pour ses chiots pendant qu’elle les élève : mère équilibrée = chiots équilibrés (alors que le père est rarement présent).


 


3-Une chienne qui n’a jamais été saillie et n’a jamais mis bas sera plus facilement atteinte du cancer de la mamelle.


C’est faux, car les risques sont identiques, on peut même avancer grâce à des statistiques récentes que la femelle qui a été castrée tôt et n’a jamais reproduit a moins de risque d’avoir un cancer des mamelles.

 

Voir mon livre "ELEVAGE ET COMPORTEMENT", Préface du Professeur Denis, dans ce site!

Quelques idées reçues sur le chien reproducteur ! Joseph Ortega

On peut parler d’affirmations gratuites, d’idées préconçues, de croyances populaires, etc. certaines ont la vie dure, d’autres n’ont pour ainsi dire plus cours. Nous allons peut-être détruire une certaine forme d’imaginaire qu’on trouve chez les maîtres, même chez certains « spécialistes » attachés à des conceptions anciennes (qu’ils finissent par croire réelles), pour la race ou le chien qu’ils affectionnent.
1-      La télégonie ou imprégnation maternelle :
Une femelle en chaleur ayant été saillie et fécondée par un mâle d’une autre race ou par un bâtard, de manière accidentelle, aurait tendance à produire des chiots ressemblant à celui-ci lors des gestations ultérieures, même si elle est saillie par un mâle de sa race.
Cette accusation de mésalliance a été appelée « télégonie » ou « imprégnation maternelle », il ne s’agit que d’un mythe qui ne repose sur rien de scientifique.
Pourtant on retrouve dans l’histoire et même au début du siècle certains éleveurs qui supprimaient leur chienne de race pure qui avait fauté, croyant qu’elle était souillée à jamais dans sa descendance.
http://www.ecole-de-chiot.fr/article.php?sid=2355&mode=&order=0



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.