Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Articles Divers
Le chien et les autres animaux 23/11/2017

Le chien et les autres animaux

J. ORTEGA

 

“ Le loup habite avec l’agneau, la panthère se couche près du chevreau, veau et lion paissent ensemble sous la conduite d’un petit garçon ” Le paradis selon le prophète Isaïe, XI, 6.

 

Le chien a cet avantage indéniable de séjourner près de l’homme depuis des milliers d’années, il a été le témoin (en tant que premier animal à être domestiqué), d’assister à l’apprivoisement et à la domestication des autres espèces, et qui sait, peut – être y – a – t – il participé à sa façon ?

 

Lorsque l’on remonte dans le temps on s’aperçoit que l’homme a utilisé les espèces ou sous – espèces à sa disposition pour créer les variétés domestiques. Nous sommes certains que la même espèce a été domestiqué plusieurs fois en des lieux différents et que des croisements ont été effectués ensuite.

 

Le chien est issu du loup il y a plus de 100 000 ans, par la suite, il y a le mouton issu de différentes espèces de mouflons (8.500 av. J. – C.). La chèvre issue du bouquetin (7.500 av. J. – C.). Le porc issu des sangliers d’Europe et d’Asie ( 7.000 av. J. – C.). Le Bœuf issu de l’Aurochs (6.500 av. J. – C.) , l’âne issu de l’âne sauvage (5.000 av. J. C.), le cheval issu du Tarpan à la même époque, le chat issu du chat sauvage afro – asiatique (4.000 av. J. – C.), etc.

 

Cette possibilité d’intégrer l’animal à la société humaine, nous la devons à un processus qui existe de manière naturelle chez chacun d’eux et qu’on nomme “ l’imprégnation ”. Cette “ imprégnation ” survient à un âge déterminé qui sera différent selon les espèces, nous savons qu’elle arrive assez tôt dans l’existence et qu’elle ne dure pas longtemps. Chez le chien cette période irréversible va environ de la 2e semaine à la 15e semaine, avant c’est trop tôt, après c’est trop tard. Ce mécanisme est une sécurité pour l’animal afin qu’il apprenne les caractéristiques de son espèce, il est évident que chez les animaux domestiques il a été étendu à d’autres espèces.

 

On admet généralement que c’est le père de l’Ethologie (Etude du comportement animal), Konrad Lorenz, qui en est l’inventeur, mais les bergers ont depuis toujours pratiqués de cette manière de façon empirique. La conduite d’un chien face à des animaux d’espèces différentes va dépendre de son patrimoine génétique, mais surtout des expériences de rencontre qu’on lui aura permis de faire à l’époque de la connaissance des espèces amies. Un chien qui n’a jamais vu un animal d’une autre espèce (par exemple un mouton ou un veau pour le chien des villes), va lui adresser un message selon son propre langage par la queue, les oreilles, l’aboiement, etc, de même qu’il interprétera l’intentionnalité des actes de son vis – à – vis selon des critères canins. Pour le chien de berger ayant vécu très tôt au milieu des troupeaux, les bêtes à laine ou à cornes sont des espèces amies qu’il comprend même s’il ne parle pas le même langage.

 

Entre le chien et le chat il n’y a pas de haine héréditaire comme certains veulent le laisser croire, mais le salut du chat et dans la fuite et pour le chien tout ce qui fuit devient une proie. Un chat habitué aux chiens, se contente de se grossir en hérissant le poil : il n’attaque pas, il ne fuit pas, il attend. En général ce comportement freine l’agression et le chien va se mettre à prendre contact, en explorant par le flair. Ce sera différent avec le chat ayant essuyé des attaques douloureuses de la part des chiens, ou bien de la chatte qui vient d’avoir des petits. La riposte peut être très rapide, saignante et bruyante, certains spécialistes pensent, qu’en sifflant et en crachant le chat a appris à imiter le serpent et, que tous les prédateurs ont cette crainte ancestrale du venin inscrite dans les gènes.

 

Avec les chevaux, le chien est souvent plus respectueux, même s’il démontre une certaine animosité, car il a affaire à quelque chose de beaucoup plus imposant. Le cheval qui connaît le manège des chiens va rester calme, à la limite des l’indifférence, mais celui qui n’en a pas l’expérience risque de devenir dangereux. Chez le cheval la défense va se manifester par la fuite, un écart brusque pour éviter, une ruade en s’arc – boutant sur ses antérieurs et en détendant brusquement les postérieurs. Une autre attitude significative consiste à garder replié sous le ventre un des postérieurs et à hennir de façon prolongée, surtout s’il est à l’attache. Le fait d’être en groupe va renforcer également l’agressivité, un cheval mâle qui est avec des poulains ou des juments a besoin de montrer sa virilité et sa force, c’est surtout le cas des étalons car les hongres (chevaux castrés) sont plus calmes. Le fait est que plus d’un chien a été tué ou est resté estropié en recevant le pied d’un cheval.

 

La cohabitation avec les oiseaux ne posent en général pas de problème du moment qu’ils sont en cage, seuls quelques chiens de chasse, ayant conservé l’atavisme, semblent hypnotisés par eux et ils leur arrive de tenter de pousser du nez la volière pour essayer de les capturer.

 

Avec la volaille, c’est souvent plus dangereux, toute cette basse – cour qui caquète, bouge, bat des ailes et volète en tous sens. La poursuite est souvent la règle pour le brave toutou qui n’est pas né à la ferme, mais que survienne un jars qui siffle sa colère en courant sur l’intrus et c’est la fuite assurée.

 

S’il s’agit d’animaux plus sauvages comme les lions, les tigres ou les panthères, il est très rare de voir un chien s’en prendre à eux, l’odeur des félins suffit en général à les éloigner. Pourtant dans certains cirques on a vu des chiens partager les exercices en cage avec ceux – ci sans qu’il n’y ait d’anicroche. Il est évident qu’il faut des chiens assez puissants pour accepter et rendre les bousculades et les coups (même avec des griffes rentrées) ainsi qu’un excellente imprégnation des uns aux autres dans leur prime jeunesse. Certains particuliers ont élevés ensemble des chiens avec ce type d’animaux, comme cette panthère et ce Berger Allemand  qui ont vécus en Suisse avec leur maître, en véritable compagnon.

 

 

Lorsque les insectes piquent

Une piqûre d’insecte c’est désagréable, d’autant plus que cela peut engendrer un cycle infernal. La démangeaison provoque le grattage et le mordillement du chien, qui tente d’apaiser les brûlures qu’il ressent, ce qui occasionne des blessures où vont se développer les bactéries qui résident en permanence dans le poil et dans la peau. La dermatite va se transformer en dermatite avec pus.

 

Les puces :

Elles vont se gorger de sang et se déplacer sur la peau provoquant des démangeaisons, en particulier sur la croupe, les cuisses, le cou. Les excréments qu’elles déposent peuvent déclencher une allergie avec perte de poils par touffes.

 

Les tiques :

Elles sont nombreuses mais certaines sont dangereuses car elle provoque des maladies infectieuses, comme la borreliose qui engendre des infections dans les articulations.

 

Les moustiques :

Les chiens les plus atteints sont ceux qui ont une peau fine, avec des poils courts ou pas de poils (chiens nus). Certains chiens sont surtout piqués dans l’intérieur des oreilles.

 

Les fourmis :

Lorsque le chien se roule dans l’herbe ou lors d’une promenade à la campagne, elles vont se prendre dans les poils et mordre en libérant de l’acide formique. Les chiens qui les avalent, en essayant de calmer la douleur, vont être brûlés sur les muqueuses de la bouche et saliver abondamment.

 

Les abeilles et les guêpes :

On trouve rarement des réactions anaphylatiques avec choc comme chez l’homme. Pourtant les substances toxiques injectées sont douloureuses, quoi que chez le chien le poil permette une bonne protection.

C’est surtout les piqûres sur la langue ou la gorge qui sont dangereuses, pouvant entraîner la mort. Sur les babines le gonflement occasionné peut être spectaculaire, même s’il ne possède pas de danger immédiat.

 

Les acariens :

Ils vivent sur la peau qu’ils détruisent ainsi que dans les follicules pileux, provoquant quelquefois une gale.

Les chiens à oreilles tombantes peuvent avoir ces parasites qui donnent des inflammations chroniques et purulentes des conduits auditifs.

 

Le truc du mois :

Il existe plusieurs remèdes spécifiques contre les hôtes indésirables, un truc tout simple permet quelquefois de les faire disparaître lorsqu’ils envahissent la peau et provoquent des démangeaisons, c’est de frotter le poil et la peau avec de l’eau vinaigrée (2 cuillères à soupe par litre d’eau) plusieurs fois par jour.


Voir les livres dans le site pour beaucoup plus d'informations:



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.