Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Articles Divers
LE FREESBEE 07/08/2007 [Lu 537 fois]
Il s'agit du disque volant que les enfants utilisent sur les plages, celui-ci est adapté à la mâchoire du chien, il doit être très résistant.
Ce jeu fait fureur sur les plages californiennes avec toutes sortes de chiens!


Sports Canins :

Tout le monde sait que l'ennui est mère de tous les vices, le jeu est sain pour le chien. Pourquoi ? car il n'a pas réellement la vie naturelle qu'il devrait avoir, avec ses besoins d'exploration en liberté, de contacts sociaux, de chasse. D'autre part, il est souvent astreint à la solitude, lorsque le maître travaille, et passe son temps à dormir. Alors qui s'étonnera de le voir se déchaîner et courir en tous sens ou bien agresser un congénère ou le cycliste qui passe. La raison est simple, il a besoin d'exprimer son trop - plein d'énergie. D'autres chiens tombent dans la neurasthénie et leur état dépressif va les mener vers un désintéressement total de tout ce qui les entoure.
Avez-vous fait cette simple constatation, surtout si vous êtes possesseur d'un Terrier de type Bull, que si votre chien s'est bien défoulé dans des courses et des jeux variés, il sera calme et sans problème à la maison ?
Nous allons essayer de voir quelles sont les activités les plus bénéfiques qui s'adaptent à nos chiens, selon les caractères de leur race. Vous pouvez pratiquer certains sports " pour le plaisir " avec votre compagnon à quatre pattes, d'autres sports permettent de faire de la compétition, au niveau national ou international.
Quelles sont les conditions requises ? Elles sont simples : votre chien doit être en bonne santé, pas trop jeune s'il s'agit d'exercices violents comme le saut, bien équilibré (ni agressif, ni craintif), être volontaire, avec du tempérament et de la joie de vivre.

Le Freesbee :

Dans le droit fil de la distraction sportive, comme l'Agility ou le Flyball, le Freesbee commence à faire des adeptes en France. Pratiqué comme un jeu et une compétition, le Freesbee est populaire aux Etats-Unis, en Australie et jusqu'au Japon.
L'avantage de se lancer de disque que le chien doit attraper au vol, en se déhanchant et en accomplissant des prouesses de sauts et de pirouettes, c'est que le maître et le chien s'amusent sans aucune contrainte, donnant par là même une image des plus heureuse des rapports entre le chien et l'homme.
Parmi les 8 Millions de chiens vivant en France beaucoup son aptes à accomplir des exploits pour saisir le disque que l'on va lancer. Avec ou sans pédigrée, les dispositions instinctives sont là ! Il suffit d'un apprentissage des plus simples pour parvenir à des résultats.

Les races les plus performantes :

La taille n'a guère d'importance, c'est l'influx nerveux qui compte, on peut même dire que les chiens de taille au-dessus de la moyenne, disposant d'une musculature sèche et d'une bonne dose d'énergie, seront les champions de voltige pour attraper en plein vol, de manière spectaculaire, le freesbee.

C'est ainsi qu'un Berger des Pyrénées est capable de sauter jusqu'à 3 ou 4 fois sa hauteur pour gagner l'objet convoité.

L'essentiel, c'est d'avoir un chien apte aux sauts qui ne présente aucune lésion articulaire (dysplasie de la hanche, tendance aux luxations de la rotule, colonne vertébrale saine), cardiaque ou autre. Seul le vétérinaire pourra vous donner le feu vert pour pratiquer ce sport.

Du côté du maître aucune performance physique ne sera demandée et, même une personne handicapée obligée de séjourner dans un fauteuil roulant ou quelqu'un présentant une cardiopathie interdisant tout sport, pourra le pratiquer. Il n'y a que le bras qui lance qui travaille, le chien se charge du reste, attrapant et rapportant chaque fois le disque pour un nouveau lancé.

Aux États-Unis la passion pour ce sport spectaculaire a déclenché une série de demande surtout de la part des stations balnéaires qui voyaient là le moyen de distraire et de retenir le public. Le champion incontesté, celui qui réussit les meilleurs performances fut un Whippet " drivé " par son maître Alex Stein.

Le matériel :

Si vous disposez pas d'un Freesbee très solide, résistant à la pression des dents des chiens, pour l'apprentissage vous pouvez vous contenter d'un Freesbee de plage vendu dans le commerce ou bien avoir recours à des couvercles de plastique récupérés sur des boites rondes hors d'usage (gros pots de peinture ou de crépi par exemple).


Vous avez ainsi l'avantage de choisir la taille de votre objet de jeu en fonction de la gueule de votre chien.

L'idéal bien sûr c'est d'avoir un engin roulant, léger et assez robuste, qui ne soit pas désagréable à la prise en gueule.
Aux États-Unis il est constitué de Nylabone, une forme de plastique très résistant aux dents des chiens.

La technique :

Il faut donner au chien la passion du rapport. Tous les jeunes ont plus qu'une habitude, un instinct, pour poursuivre et attraper ce qui fuit devant eux, c'est l'instinct de proie.


Le but de l'éducation sera donc d'orienter la recherche sur l'engin volant afin que celle-ci soit rapide et précise. Pour faire acquérir cette motivation essentielle, ce que l'on pourrait nommer une " folie de l'objet " qui pousse le chien à mobiliser toute son énergie afin d'attraper le plus vite possible en oubliant tous les facteurs de l'environnement, comme la présence d'autres chiens ou une multitude d'odeurs intéressantes à explorer, il faut que l'objet soit source d'une énorme charge émotionnelle agréable.
C'est pour cette raison qu'il faudra commencer par la balle.
Ensuite il est important de l'initier à la technique de prise au vol, quitte à sauter en l'air le plus haut possible en se déhanchant pour orienter encore plus haut sa gueule, ce sera le rôle du maître qui doit être un expert du lancé du Freesbee.

On peut décomposer de manière claire la progression à observer pour avoir des sauts athlétique très spectaculaires qui pourront peut-être mener à la compétition, de la manière suivante.

1e phase :
La balle est lancée doucement en roulant devant le nez du jeune chien. S'il ne cherche pas à la rattraper, on s'élance derrière elle afin de lui montrer par l'exemple que c'est quelque chose d'intéressant. Dès qu'il l'a en gueule, on le félicite de manière démonstrative et on la relance aussitôt.

2e phase :
La balle est lancée plus loin et avec plus de force.

3e phase :
On retient le chien au collier et on fait rebondir la balle devant lui avant de le laisser la rattraper. Pour les chiens qui ne sont pas assez motivés on peut se servir de l'émulation fournie par un autre chien expert au rattrapage qui joue le rôle de mentor.
A ce moment là, il faut retenir les deux chiens et lâcher en premier le jeune élève. Le fait d'être retenu au collier augmente son envie, d'autre part la compétition engendrée avec le congénère le pousse à mobiliser son influx nerveux pour être le premier.

4e phase :
Introduction du Freesbee dans l'apprentissage. La balle est remplacée par le freesbee, on travaille avec le jeune chien seul, de la même manière qu'avec la balle. D'abord en faisant rouler devant son nez, puis en lançant au loin, en le retenant quelques secondes au collier.
Pour ceux qui ne comprennent pas d'emblée comment attraper cet engin plat avec la gueule, il vaut mieux pratiquer les exercices sur de la pelouse afin qu'il puisse s'en saisir aisément, car bien sûr au début, il est rare qu'il parvienne à l'attraper au vol.
Pour activer le processus d'attrapage du disque on peut également faire un petit trou et attacher une ficelle, ce qui permettra de faire tourner autour de soi l'engin volant en calculant la course pour que le chien ne puisse s'en saisir qu'une fois que celui-ci lui a échappé deux ou trois fois. La ficelle pourra constituer également une aide pour le rapport jusqu'au maître.

5e phase :
Le chien est retenu par quelqu'un de la famille, on jette très doucement le Freesbee vers lui afin qu'il plane à sa portée. La personne qui le tient doit le lâcher au moment ou l'objet volant arrive à sa portée.

6e phase :
Le Freesbee est lancé parallèlement au sol à hauteur de la poitrine du maître, le chien doit le poursuivre et l'attraper avant qu'il ne touche le sol.
Pendant cette dernière partie de l'éducation on aura soin de ne pas faire exécuter les exercices sur un sol dur ou irritant pour les pattes. Du gazon bien tendre ou une plage de sable conviennent parfaitement.
Par la répétition le chien apprendra rapidement à coordonner ses mouvements, à calculer sa vitesse et l'impulsion qu'il doit fournir pour rattraper en plein vol l'engin volant.



Terrain : rectangulaire (foot ou Basket) avec des tracés de lignes de lancer à différentes distances

Les jeux :

" Toosfetch " (Catch and retrieve) :
Jet du disque par le maître - rapport - le maxi en soixante secondes, avant qu'il ne touche terre

" Long distance " :
Chien et maître sur la ligne de lancer, au moment où le disque part. Celui qui rattrape le plus loin gagne.

" Accuracy " :
Jeter le disque dans 4 cercles de diamètre et d'éloignements différents, le chien doit les rattraper à l'intérieur

" Freeflight ou Freestyle " :
Figure libre en musique, sur un temps donné. Chorégraphie, techniques de lancer et de saisie. Bondir par dessus le dos du maître, etc.

Les meilleurs chiens : 12 à 22 kg sans limite de race.

Livre : " Freesbee Dogs, How to raise, Train and compete ", de Peter Bloeme.














 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.