Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Les troubles du comportement
Mon chien ne supporte pas que je m'absente!L'hyperattachement! 06/01/2008 [Lu 3224 fois]
Mon chien ne supporte pas que je m’absente ! L'hyperattachement!

Joseph ORTEGA

COMMENT TENTER DE REGLER UN PROBLEME D’HYPERATTACHEMENT ?
Joseph ORTEGA

Réponse à la question : « Pouvez-vous m’aider à régler le problème que j’ai avec mon chien, il est toujours collé à moi et ne supporte pas de rester seul, ou qu’une personne ou un autre chien s’approche de moi? »

 Même avec la plus grande volonté et quelques connaissances du comportement du chien, on ne peut parvenir à conseiller de manière efficace que si on connaît les maîtres (80% des causes), le chien, son passé à l’élevage, le lieu où il vit, les conditions de vie, le moment où cela a lieu… (Voir ma fiche d’évaluation comportementale). Sinon, on ne reste que dans des généralités qui ne sont pas vraiment adaptées et on ne peut vraiment régler le problème. On doit aider les maîtres à rechercher les causes, puisque en théorie, c’est eux qui devraient connaître le mieux leur chien !

HYPERATTACHEMENT
Il est évident qu'il s'agit d'un trouble du comportement qui peut résulter d’une mauvaise sociabilisation lorsqu’-il était chiot ou d'un départ trop hâtif de l'élevage. C'est-à-dire voir de nombreuses personnes de toutes les catégories, y compris des étrangers (enfants adolescents, adultes hommes et femmes) et bien vivre le détachement de la mère (groupe frère et sœur).et du milieu de l'éleveur, afin de s'adapter a son nouveau maitre.

 L'attachement aura lieu entre 3 et 10 semaines et, il est évident que le chiot qui a vécu dans un milieu très pauvre en stimulations et sans contacts prolongés avec divers humains, s-attachera d'autant plus fort à ses nouveaux maîtres qui deviennent pour lui le centre du monde.

On appelle également cela « une anxiété de séparation », en bref, c'est une dépendance trop forte vis-à-vis du maître dont les conséquences seront :
-          la peur panique de le perdre ne serait-ce qu'un instant.
-          l'anxiété devant la présence d'étrangers avec quelquefois un comportement d’auto-défense par crainte.
Nous avons vu que l'éleveur peut être l'un des responsables mais il ne faut pas oublier celui qui prend la relève et commet des erreurs qui vont entachées les relations, tout le monde n'est pas prêt a être maître...
Le but à atteindre sera de pratiquer comme cela se passe dans la nature.
Chez les canidés et la plupart des espèces, apprendre au chiot à devenir relativement autonome, d'autre part à être proche d'un groupe et non d'une personne en exclusivité
Comment peut apparaître ce problème ?
- Si pas de détachement du maître vers l’âge de 4 mois environ
-         Pas de règles dans la maison, acceptation du mordillement, ce qui donne:
hiérarchie non fixée: agressivité, sociopathies
- Responsabilité des maîtres, par exemple la présence permanente (personne à la retraite ou au chômage), chiot malade (on est obligé de le soigner et de s’en occuper presque en permanence), vacances (où il partage tous les moments avec son maître)…
- Pas de contrôle de la morsure, il mordille la laisse, les habits, la main.
- Il vient exiger des caresses=demande d’attention, à laquelle le maître répond machinalement
- Demande de privilèges (fauteuil, friandise, déchets à table, lit, etc.)
-        
Attention, il ne doit pas s’attacher à une seule personne
Attention, le chiot voit l’humain comme un congénère !
Maintenir le chiot, dans un état infantile en le maternant va créer une pathologie grave ! Le maître doit passer de mère adoptive à chef de meute. Trop d’amour nuit!

SIGNES (plus il y en a, plus c’est grave !) :

Capricieux
Collant
Peureux
Jaloux
Aboyeur
Malpropre
Repli sur soi, activité de substitution et stéréotypies (se lécher, creuser, tourner, etc.)
Mictions émotionnelles (il urine lorsque le maître arrive)
Toujours dans les jambes, sur les genoux, dans les bras, dans le lit…
Le mauvais comportement n’apparaît que s’il est seul, lorsque le maître est présent il paraît tout à fais normal
Recherche de contact permanent avec la personne
Suit partout (peut réclamer son maître qui est au WC)
A besoin du contact pour s’endormir
Il ne supporte pas de rester seul dans le jardin
Au départ du maître : excitation, dépression ou anxiété
Nourri à la main, sinon refuse
Refus d’obéir
Mordeur si on veut le faire descendre du canapé
Anticipe les départs du maître en démontrant de l’angoisse
Attitude exacerbée au retour
Destruction pendant l’absence avec hurlements et souillures
Refus de contact avec les congénères, ne supporte pas leur approche
Refuse l’approche d’une autre personne (étranger ou quelquefois le mari)
L’anxiété devient permanente
Refus de sortir s’il pleut
En promenade, reste collé
Chevauchement jambe maîtresse
Grossesses nerveuses pour les femelles
Mis chez un étranger, refuse de se nourrir et dépression

REEDUCATION

D’abord obtenir la coopération du maître qui a une vision anthropomorphique la plupart du temps : «   chien –bébé », « chien -enfant », « chien –substitut d’époux », « il se venge ! », « je culpabilise de le laisser seul ! »…
Les membres de la famille devront s’en occuper à tour de rôle : sorties, gamelle, brossage, jeu, éducation par la Méthode Naturelle à l’absence du maître avec carré de tissu où il doit se coucher qui représente « la place » (d’abord donner la gamelle dessus, ensuite déposer une friandise et envoyer le chien, puis l’envoyer et lorsqu’il est couché le récompenser, enfin le faire attendre de plus en plus longtemps pour le récompenser)
-         Dévier l’attention par quelque chose de fort au moment de sortir: oreille de cochon, os de veau, Kong rempli de pâté, etc.-
-         Apprenez lui à être à sa place (panier ou corbeille) et non collé à vous, lorsque vous êtes là
-         Habituer à rester seul, par approximations successives au cours d’un Week-end (d’abord 5 mn, puis 10, puis 20, jusqu’à environ 6 heures)
-         Repousser dès 4 mois, prendre les initiatives des contacts
-         Modifier les situations : ne dort pas dans la chambre, ne monte pas sur le fauteuil du maître
-          Calmer l’anxiété. Voir avec vétérinaire : homéopathie, fleurs de Bach, DAP (phéromones : des odeurs qui calment)
-         Laisser vêtement avec odeur (porté souvent par le maître)
-         Faire perdre les repères (changer horaires sorties, gamelle, etc.)
-         Donner à manger après les maîtres
-         Supprimer les jouets, il ne peut les avoir qu’au départ du maître
-
-         Radio allumée au départ du maître (un indice de présence fictive)
-         - Sorties et sport (libérer l’énergie)
-         Ignorer-le s’il vient vous solliciter pour une sortie, une caresse, manger, boire. On attend qu’il se couche lassé d’attendre, à ce moment là on lui offre ce qu’il voulait
-         S’il a fait des dégâts ou ses besoins, ne pas nettoyer devant lui. Cela signifierait que vous vous intéressez beaucoup à ses actions
-         Etablir des règles progressives (plus de chambre, plus de prise dans les bras, ne plus rien donner à table…)
-         Détacher par étapes (mise dans une autre pièce, porte entrouverte sans qu’il puisse passer, puis porte fermée. S’il pleure on l’ignore. Mise à l’extérieur de plus en plus longtemps)
-         Supprimer les rituels de départ ou d’arrivée (à chaque fois ignorer pendant au moins 30 mn, même s’il fait la fête): s’habiller et prendre ses clés comme pour partir, mais s’asseoir pour regarder la télé ; puis ouvrir la porte et s’asseoir pour regarder la télé ; ouvrir et sortir puis revenir s’asseoir ; etc. En aucun cas le maître ne doit avoir une attitude gênée, il doit jouer l’indifférence
-         Obéissance de contrôle par la Méthode Naturelle : pas bouger, positions, plusieurs fois par jour avec récompenses. Mise en attente avant la gamelle
-         Promenade avec autres chiens pour tenter de l’intéresser à autre chose et lui faire renouer des contacts sociaux
-         Promenade par d’autres personnes, d’abord avec le maître, puis de plus en plus loin de lui
-         Eviter les systèmes punitifs, ils augmentent l’anxiété. Par exemple, au retour, lui mettre le nez dans ses crottes ou le secouer au-dessus des chaussures déchiquetées
-         Faire du pistage, non pas pour les concours mais pour qu’il apprenne qu’il peut s’écarter de son maître sans qu’il ne lui arrive rien, d’autre part cela se pratique en pleine nature dans un pré où il n’y a rien  que lui et son maître, enfin s’il se concentre sur les récompenses de la piste, il va s’éloigner de plus en plus loin et être récompensé au bout.
-         Un autre chien ne change rien au problème
-          La mise en cage augmente la détresse…

Pour en savoir plus, le livre de Joseph ORTEGA « Mon chien a de mauvaises habitudes », en vente dans son site : www.ecole-du-chiot.fr/


 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.