Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Actualités
Le chien détecteur de moisissures 25/01/2008 [Lu 753 fois]
Le chien détecteur de moisissures

Joseph ORTEGA

Le chien possède un formidable engin biologique de détection, son olfaction extraordinaire a été largement utilisée, pourtant on découvre encore aujourd’hui d’autres applications afin d’aider les humains à mieux vivre. Il peut être formé maintenant à la recherche des moisissures qui sont toxiques pour les humains, en particulier les enfants, les personnes fragilisées, les femmes enceintes.

Les moisissures
Il s’agit de champignons microscopiques qui aiment les endroits humides, obscurs et chauds. Une température entre 20 et 35° C et un taux d’humidité supérieur à 50%. Dans les salles de bain, les cuisines, les murs, le papier peint, les lambris, les tapis, le plancher, les greniers, toitures, caves, terre des plantes vertes…
Ils portent des noms barbares : Altenaria, Cladosporium, Penicillium, Eurotium, Fusarium, Rhizopus, Argillus.
Les effets se manifestent sous forme d’asthme, bronchite, conjonctivite, rhinite, dermatite, maux de tête, fièvre, fatigue.
L’infestation va se faire par les spores en suspension dans l’air des locaux d’habitation, la poussière humide la favorise.
Les mycotoxines contenues dans les spores des moisissures sont immunosuppressives, elles inhibent la fonction d’épuration des cellules macrophages pulmonaires qui ne peuvent plus contribuer à l’hygiène respiratoire. Par exemple, la Stachybotrys atra produit des toxines.
On estime à environ 20% le nombre d’européens qui ont un test cutané positif à au moins une moisissure.

Les risques peuvent être induits par : Inondation, fuite de toiture, sol humide, cave inondée, vapeur de cuisson non aspirées, salles de bain confinées, ventilation insuffisante…

Comment les détecter ?
On peut utiliser des appareils, comme un échantillonneur d’air volumétrique qui permet de fixer les particules sur une surface gélosée. Il peut être à un étage ou à six étages, comme celui d’Andersen.
On détermine les espèces allergènes et toxicogènes en échantillonnant les champignons et en mesurant la quantité totale de ceux-ci.
Le problème c’est que la présence de champignons est difficilement décelable à l’œil nu et que les méthodes d’analyse et de recherche à l’aide d’appareils sophistiqués coûtent très cher et demandent de longues investigations.
Lorsque c’est possible, on peut voir des colorations blanches, orangées, vertes ou brunes, ce qui signifie souvent que l’envahissement est important. L’odeur est celle de moisi ou de terre. Un petit test simple, si on tamponne avec un peu d’eau de javel, la couleur change ou disparaît.

La formation d’un chien détecteur de moisissures

Quelle race ?
N’importe quel chien peut être formé, on peut avoir une préférence pour ceux de petites tailles qui peuvent se faufiler partout, aussi bien derrière les meubles que dans les greniers encombrés. On ne va pas exiger de ces chiens des qualités extraordinaires, l’essentiel c’est la motivation.

Quel âge ?
Pour qu’il soit opérationnel on doit attendre qu’il ait une certaine expérience de la détection, l’idéal serait de commencer les recherches réelles que vers 6 mois ou un an, car l’inhalation des champignons peut être toxique pour lui également. On peut comparer à la formation en pistage, où on attend qu’il prenne du « métier » sur de l’herbe ou des sols avec terre avant d’aborder les pistes dans le sable. Naturellement, il va comprendre qu’il doit flairer à une certaine distance du sol s’il ne veut pas être incommodé par les grains de sable qui entre dans le nez.

La formation
Comme tout ce qui est détection, l’apprentissage est assez facile (si l’on compare avec le pistage), ce n’est qu’une recherche d’un foyer d’odeur à laquelle il est conditionné, dans une zone déterminée et non sujet aux interférences (intérieur d’une maison). D’autre part, pour le nez du chien, l’odeur des champignons (tout comme ceux qu’on nomme « truffes »), se distingue parfaitement dans un milieu imprégné de celle des humains.

Première phase- La recherche positive

Tous les chiens, même ceux à museau court (moins de cellules olfactives que ceux à museau long), l’objectif sera de leur apprendre à l’utiliser au service de leur maître.
Pour cela, on doit utiliser une motivation forte qui peut varier selon les individus : friandise, balle, boudin de toile… Si le chien n’est pas attiré par ce qu’on lui propose, il faudra rechercher ses goûts préférés, ensuite il est important de renforcer ce besoin de retrouver. Le meilleur chien, c’est celui qui est fou de son jouet, prêt à tout pour le récupérer. Pour tester la motivation, on va le cacher sous des cartons, dans un meuble, derrière un fauteuil. A chaque fois qu’il le trouve il est récompensé par un jeu avec son maître ou une friandise. En s’amusant ainsi avec lui, de la cave au grenier, on le familiarise progressivement avec la situation qu’il rencontrera plus tard.

Seconde phase- Début du conditionnement au produit

Il faut avoir à sa disposition les produits de base, c'est-à-dire les différentes sortes de moisissures qu’en enfermera dans des boites ou des tubes fermés, mais percés de petits trous pour laisser échapper l’odeur. Au début on utilisera des parties contaminées par le champignon : morceau de moquette, de tapis, de bois de papier peint, etc. Comme il s’agit de morceaux solides et non de moisissures sèches, qui se trouvent dans les boites, le chien ne sera pas incommodé en l’inhalant.
Cette boite est cachée à côté de l’objet de motivation, dans différents endroits, comme précédemment. Le chien recherche son jouet et non la boite contenant les moisissures, mais progressivement, il va associer les deux odeurs comme agréable puisqu’il peut jouer à la découverte.

Troisième phase- Recherche en situation

Cette fois on ne cachera que les boites contenant les produits, dés que le chien en trouve une, on le félicite et on lui lance son jouet que l’on a dans la poche.

Quatrième phase- Endurcissement

Avec un chien correctement motivé, donc volontaire, on peut estimer qu’il sera opérationnel en quelques jours. Il reste maintenant à maintenir son attention et sa motivation de recherche pendant assez longtemps (un chien normal qui travaille à l’intérieur d’une maison peut avoir un taux de réussite de 100/100 durant une demi-heure, ensuite il peut y avoir une fatigue sensorielle). A ce moment là on fait une pause de 10 minutes environ et on reprend les investigations pendant une nouvelle demi-heure, et ainsi de suite.

Comment lutter contre les moisissures ?  

 On doit éviter de composer des situations favorables. La base c’est, aérer, nettoyer, laisser entrer le soleil !
-Aérer 15 minutes, matin et soir, chaque pièce, et laisser le soleil entrer.
-Aérer les armoires et buffets.
-Ventilez les salles de bain.
-Contrôlez le taux d’humidité (thermomètre-hygromètre). L’idéal, moins de 50% pour une Température de 20° C maximum.
-Evitez l’utilisation d’un humidificateur.
-Ne pas faire sécher le linge à l’intérieur.
-Dans la cuisine, utilisez la hotte et mettez des couvercles sur les casseroles.
-Evitez les nids de poussière.
-Jetez les matelas, tapis, tissus contaminés.
-Pour nettoyer les moisissures, mettez des gants de caoutchouc, des lunettes, un masque, une combinaison.
On peut nettoyer le plâtre avec du bicarbonate, on utilise l’eau de javel, on n’omet pas d’essuyer et de sécher ensuite.
On peut utiliser un aspirateur à évacuation extérieure ou à filtre HEPA (haute efficacité pour particules de l’air).  




 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.