Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Actualités
CHRONIQUE D'UN CONDAMNE A MORT (3ème épisode) 03/08/2008 [Lu 762 fois]
Enfin, je suis très flatté de vous dire que c'est un de mes ancêtres qui figurait sur une affiche durant la première guerre mondiale et qui déclarait avec toute la philosophie de notre race aux éventuels ennemis: "je suis neutre, mais je n'ai peur de personne" (I'm neutral, but not afraid of any of them). Au cours de cette même guerre, un autre Pit Bull fut à l'honneur, il s'agissait de Stubby (de: strubbed tail: queue coupée) que John Convoy découvrit sur le campus de l'université de Yale en 1917.Il l'emmena avec lui en Europe pour participer à la guerre avec la 102ème division d'infanterie. Stubby y fit merveille, prévenant les soldats endormis en cas d'attaque au gaz dans les tranchées, localisant les hommes blessés en véritable "chien sanitaire" après un engagement, capturant même un espion ennemi. Pour ses actes de bravoure il fut nommé sergent et, de retour aux États-Unis, il fut présenté au président Woodrow Wilson et reçut de nombreuses médailles, avant de terminer une retraite heureuse en tant que membre de l'American Legion. Il est mort le 16 Mars 1926 dans les bras de son premier maître, celui à qui il avait été fidèle toute sa vie, John Robert Convoy. Grâce à ses exploits, furent constituées les unités cynophiles de l'armée qui se rendirent célèbres en particulier dans la guerre du pacifique auprès du corps des marines et dont la devise était: "Always faithful" (toujours fidèle).

En dehors de l'UKC, les principaux membres défenseurs de la race à l'heure actuelle se regroupent au sein de l'ADBA, grâce à la famille Greenwood qui la dirige et qui en fait la promotion dans leur publication "L'American Pit Bull Terrier Gazette".

Je vais enfin parler de moi. Dans ma jeunesse, j'étais plutôt assez inconscient et pas du tout timide comme beaucoup de chiots d'autres races. Je n'hésitais pas à aller identifier toute nouvelle chose dans mon environnement et dans la rue il fallait que j'aille mettre mon nez partout. C'est ainsi que je me suis fait griffer par un chat alors que je n'avais que des intentions pacifiques. Une fois, je suis parti à l'aventure à travers la clôture du jardin, jusque dans la cour d'à côté qui était celle de l'école maternelle. Ma mère était désespérée car elle ne pouvait me rattraper et elle aboyait en tentant de passer à travers le grillage. Lorsque les petits d'hommes sont sortis pour leur récréation, ils se sont précipités sur moi, se disputant pour avoir le privilège de me tenir dans les bras, j'ai adoré ça, j'ai adoré les jeux avec eux. Lorsque mon maître est venu me chercher j'étais fourbu, c'est vrai qu'à trois mois on ne tient pas le coup longtemps. A la demande des enfants, la maîtresse d'école est venue proposer à mon maître de me laisser jouer avec les enfants. La directrice fondait littéralement devant ma petite bouille ronde, mon nez rose et mes yeux dorés. Au bout de quelques mois, j'avais vu défiler beaucoup d'enfants, dont certains très dissipés, des "caractériels" comme disaient les maîtresses, qui attendaient qu'elles s'éloignent pour me tirer la queue ou pour m'écraser les pattes ou me mettre les doigts dans les yeux. Cela m'aurait fait mal autrefois mais maintenant j'étais assez endurci pour supporter, il est vrai que notre race a été sélectionnée pour résister à la douleur. Un jour que ces garnements voulurent appliquer leur traitement au Cocker de l'épicier, qui aimait bien paresser devant le magasin, celui-ci se jeta sur eux pour les mordre méchamment. Heureusement que je veillais sur l'entrée de l'école de mon jardin, lorsque j'ai vu le danger, je n'ai fait qu'un bond pour me retrouver sur le mur du voisin et de là dans la rue où je me suis posté, les dents découvertes, devant leur agresseur. Il a mis sa queue entre les jambes et s'est enfui dans l'épicerie trouver refuge près de son maître. C'est là que j'ai compris que , même sans le vouloir, notre race présente des caractéristiques physiques et mentales qui permettent de dominer les autres sans aller jusqu'à se battre. Il est vrai que lorsque mon maître m'a emmené à l'école du chiot, une maternelle comme pour les enfants inventée par un nommé Ortéga, j'ai appris à communiquer avec les autres. Maintenant que je suis grand on m'utilise toujours à l'école du chiot comme "chien régulateur", afin de remettre à l'ordre sans leur faire de mal les chiots dangereux pour les autres. Lorsque je suis avec les adultes pour l'éducation, je vois des tas de chiens différents, de tout âge et de toute race, ce qui m'a appris à distinguer ceux qui font du cinéma de ceux qui sont dangereux, souvent par peur. De pauvres chiens que l'on a sélectionnés sur des critères presque uniquement esthétiques comme la couleur du pelage ou les ergots aux pattes arrières et qui souffrent d'hypernervosité ou de timidité maladive. Ce qui n'est pas le cas pour nous qui sommes programmés pour la résistance au stress, et lorsqu'on est sûr de soi on ne craint rien et on n'a pas de raison de montrer de l'agressivité.
Mon maître est sportif et me fait faire des trucs incroyables, à la limite de l'impossible, comme mettre une balle dans un arbre pour que je grimpe sur le tronc en m'agrippant des antérieurs et en poussant avec mes postérieurs. Il me fait sauter des obstacles d'Agility, je trouve ça très marrant et il a du mal à me suivre car je suis trop rapide pour lui. Lorsque ma maîtresse va faire une balade à cheval, je suis également de la partie, je trouve ces grosses bêtes un peu stupides mais pas méchantes, plutôt craintives, toujours prêtes à se défendre d'un méchant coup de sabot. J'ai appris à les connaître et je sais comment les aborder pour ne pas les effrayer, j'ai même la permission d'aller chercher l'étalon camarguais de ma maîtresse dans le pré parmi d'autres chevaux, un truc qu'un de mes ancêtres, qui travaillait dans un ranch au Texas avec des chiens bergers australiens pour regrouper les mustangs, avait raconté à mon grand-père.

La suite bientôt
...

 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.