Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Races canines
MASTIFF et BULMASTIFF 12/05/2011 [Lu 1278 fois]
Mastiff et Bullmastiff



On pense qu’il a été introduit sur l’île par les Phéniciens (au VIème siècle avant notre ère selon les écrits de l’historien romain Gratius Faliscus qui datent de 95 avant notre ère) ou les Celtes, lorsque Jules César débarque pour sa conquête en 55 avant notre ère, ses propres molosses, les descendants des « canis pugnaces » vont être malmenés par ceux des autochtones nommés Molosses de Cornwall ou Pugnaces Britanniae.

Le dogue anglais de l’époque est appelé « molossus » ou « canis bellicosus », le nom de « mastive » n’apparaissant qu’en 1016 dans le texte de Canut le danois, roi d’Angleterre et du Danemark, sur la Carta de Foresta qui répartit les zones de chasse et les meilleurs chiens aux nobles.

Картинка 933 из 50319
Canut promulgua un édit qui indiquait que tout chien surpris sur les terres royales, qu’il soit avec son maître ou non ait les pattes brisées. 

En 1050, la ville de Norwich offrira à Edouard le confesseur, un ours et six chiens à ours. Les affrontements contre les taureaux existent déjà, comme l’écrit Fritz Stephen en 1174 dans « Description de la cité de Londres », il était courant à chaque fête de faire combattre les chiens contre les ours ou les taureaux.

En 1272 des lois plus sévères sont instaurées par Guillaume le Bâtard, Duc de Normandie, dit plus tard le Conquérant, ces « lois de la forêt » précise que les gens du peuple qui ont des chiens de gros gabarits surpris sur ses terres, verront ceux-ci amputés de 3 doigts à une patte antérieure afin de les empêcher de poursuivre le gibier. Les bouchers possédaient une version allégée de molosse pour conduire les bovins capable de maîtriser les taureaux, cela devint vite un divertissement.

Dans la chronique « Survey of Stamford » qui date de 1209, on parle de ces combats « bull-baiting » organisés par Lord Stamford chaque année.

Edouard de Langley (1344-1412) était chargé par Henry IV d’organiser ces combats et de sélectionner les chiens que l’on voulait plus petits, tachetés, les oreilles pendantes, ne lâchant pas leur proie.
Les rois d’Angleterre utiliseront au XII ème et Xiii ème siècle des molosses contre les Bruce et les Wallace d’Ecosse.

Henri VIII enverra à Charles-Quint des soldats accompagnés de quatre cent masstifs pour lutter contre François Ier.
Le 25 octobre 1415, nous sommes à la bataille d’Azincourt. Sir Peers Legh, chevalier de Lyme Hall combat avec à ses côtés sa chienne mastiff.
Son maître est blessé à mort mais elle le défendra jusqu’au bout malgré ses propres blessures. De retour à Lyme Hall, la chienne mettra bas une portée, en souvenir de sa fidélité et de sa vaillance la famille conservera la lignée jusqu’en 1914.

En 1810 les anglais vont importer le Saint-Bernard qui sera croisé avec le Mastiff, le premier nommé « lion » sera peint par Landseer. Il faut rappeler que la première exposition canine au monde eut lieu en Angleterre à Londres en 1859.  

En 1860 les principaux élevages de Mastiffs sont en dehors de Lyme Hall, Chatsworth au Duc de Devonshire, Elvaston Castle à Lord Harrington et Hadzor Hall aux Galton’s. En 1880 le Champion Crown Prince de l’élevage de Woolmore était un fauve au museau très court.

La reine Elisabeth Ière appréciait les combats à mort, elle opposait 3 mastiffs contre un ours, ou quatre Mastiffs contre un lion. Son ambassadeur pur la France, Lord Buchurst possédait un grand Mastiff en 1572,  capable paraît-il de triompher seul d’un ours ou d’un lion.

En 1586 un ouvrage appelé « The four Bookes of Husbandery », décrit un « shepherd Masty » qui garde les troupeaux et un « house masty » gardien de la maison. En Mai 1745, le Duc de Cumberland affronte les troupes du roi de France conduites par le Comte Maurice de Saxe avec des Mastiffs, l’un d’entre eux nommé Mustapha sera récompensé d’une pension à vie par le roi Georges II pour ses exploits.

En 1835, ces combats cruels seront interdits mais les qualités du mastiff ne seront pas perdues, on le reclassa en chasseur de braconniers de plus en plus audacieux pour cela le choix s’opéra vers des sujets plus légers donc plus rapides (il y a quelques années le plus gros chien du monde était un Mastiff nommé Zorba vivant à Muswell Hill, prés de Londres, pesant 160 Kg !).
 
Un « game keeper’s night dog » (chien nocturne pour garde-chasse) que l’on entraîne équipé d’une muselière à lutter contre un homme armé d’un bâton, avec un objectif, l’immobiliser au sol, un poids d’environ 60 Kg et une robe noire pour être dissimulé la nuit. Pour cela on n’hésita pas à l’accoupler avec le Bull-dog, ce qui donna le Bull-Mastiff !

En 1797 Buffon signalait déjà ces mélanges : « Le Mastiff produit, un croisement avec le Bouledogue, un chien que l’on nomme le Fort Bouledogue, et qui est plus puissant que le Bouledogue ».
 Il faut dire que le Bulldog de l’époque ne ressemblait pas à celui que nous connaissons, il devait avoir une taille moyenne de 65 cm au garrot, ce qui ne posait pas de problème pour les saillies avec des Mastiffs. En 1855, les Highlanders anglais lors de la bataille de l’Alma (guerre de Crimée), lancent contre les troupes russes des Bulls et des Mastiffs.

  Un risque de disparaître pour le mastiff qui fut sauvé par John Crabtree, garde –chasse de Lord John Armitage, qui désirait retrouver le type originel. Il fut obligé d’avoir recours à d’autres races comme le Dogue de Bordeaux ou le dogue Allemand, ce qui nous offrit des sujets de 90 Kg pour 80 cm au garrot. L’Old English Mastiff Club fut fondé en 1883. Le Bullmastiff fut reconnu en 1924, les premiers sujets arrivent en France dans les années 50 grâce à Mme Langlais


 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.