Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Races canines
Le Bouvier Bernois 12/05/2011 [Lu 550 fois]
Le Bouvier Bernois

Le plus beau et le plus connu des Bouviers Suisses, il pourrait être l’emblème du pays.

Le Bouvier Bernois est l’un des quatre Bouviers Suisses, ses cousins sont : Le Grand Bouvier Suisse, L’Appenzeller, et l’Entlebucher.

On a retrouvé en Suisse les restes de chiens vivant dans les cités lacustres il y a 5.500 ans. Un crâne de ce fameux “ canis palustis ” peut d’ailleurs être observé au museum d’histoire naturelle de Berne. Dans ce musée on trouvera la Fondation Albert Heim, l’un des créateurs de la race, qui contient une collection de crânes de chiens et une bibliothèque cynologique due au zoologue et cynologue, Théophile Struder.

A partir de ce chien des tourbières et du brassage des populations canines de passage, comme ces molosses des légions romaines qui sont restées dans le pays près de 3 siècles, allaient s’élaborer les Bouviers Suisses ainsi que le Rottweiler d’ailleurs.

Sur une lampe en terre cuite de cette époque découverte à Vindonissa, près de Windisch on peut voir dessiner un chien de type molossoïde ressemblant fort à un Bouvier.

Jusqu’en 1890, le seul chien Suisse de montagne reconnu officiellement était le fameux St. Bernard bien plus imposant, pourtant la Société Canine Suisse avait été fondée en 1833.

Notre Bouvier Bernois était chien de ferme appelé comme les autres “ chien de vache ” ou “ küherhunde ”, il prit également le nom d’un hameau où ce type local se trouvait, au Sud de Berne, Dürrbäch, d’où son appelation de “ Dürrbächler ” qui lui est resté pendant longtemps.

Au XIX e siècle, certains le nommait “ Gelbbächler ” pour ses caractéristiques colorées (gelb-jaune) en particulier les taches jaunes qu’il possède au-dessus des yeux, d’autres “ Ringgi ” (Ring = anneau) pour sa somptueuse collerette de poils blancs.

C’est Franz Schertenlieb qui en 1892 recherchera les chiens de fermes les plus typés de la région de Berne pour créer la race et définir un standard homogène. Il commença son élevage sous les affixes de “  Von Schlossgut ” et de “ Von den Rothöhe ”.

En 1899 une association d’éleveurs de chiens de la race va se créer la “ Berna ” et en 1902 les premiers sujets sont présentés en exposition. Cette association présentera 6 Bouviers de Dürrbäch mâles et une femelle à l’exposition Canine de Berne en 1904.

Le Professeur Struder écrira “  race de taille moyenne à poils longs ”. Dès 1907, à l’exposition de Lucerne, 21 sujets étaient présentés par le Club Suisse du Dürrbächler (qui venait de se créer), au Professeur Albert Heim. Celui-ci, éleveur de Terre-Neuve, Professeur d’université, juge de chiens de montagne aller s’enticher véritablement pour la race et lui donner son véritable essor.

En 1911 le Club comptait 40 éleveurs. Le problème qui se posa à l’époque venait d’une originalité que certains éleveurs voulaient conserver, c’est-à-dire la truffe fendue par un sillon profond, sans aucune utilité (comme les doubles ergots de nos bergers français). Le professeur Heim remit les pendules à l’heure (Suisse !) en s’opposant fermement à cette anomalie génétique.
 
Par la suite il s’attaqua au changement de nom afin de trouver une dénomination plus correcte que celle d’un petit village et en 1913, la race était définitivement appelée Bouvier Bernois.
Il faut dire qu’on trouvait ce type de chien, de Fribourg à Burgdorf où à Langenthal, mais que le centre de sa création était Berne.

La race allait démarrer sur les chapeaux de roues, avec en 1935, 100 éleveurs qui s’attachèrent à développer sa connaissance auprès du public. Albert Heim dira “  c"était comme si chaque habitant de l"Oberaargau et de l"Emmental avait découvert la perle rare ” ou encore “ il est certain qu"il y des personnes sans aucune compréhension envers les chiens.
Ils ne les prennent pas en considération ; ils ne remarquent pas toutes les qualités qu"ils recèlent.
 Il leur manque une connection dans leur cerveau comme certains n"ont aucun sens musical ou aucun amour pour la nature.
Mais nous respectons le chien en sa qualité de création merveilleuse de la nature et de produit de l’évolution de l’homme dans l’histoire ”.

En 1947 après la seconde Guerre Mondiale le Club prit le nom de Club Suisse du Bouvier Bernois. L’ascension de la race allait se poursuivre, avec en 1955, 500 membres, en 1971 plus de 500, en 1985 plus de 2.000 membres.

On doit mentionner dans les années 60, le fait qu’un Terre-Neuve allait saillir une femelle Bouvier Bernois, les chiots étant inscrits à la Société Canine Suisse. Une des femelles produites fut couverte par un étalon Bernois, c’est ainsi que naquit le fameux reproducteur Alex Von Angstorf qui allait faire Champion en 1956 et qu’on utilisa largement.
 
C’est l’époque où le Bouvier Bernois commence à être connu à l’étranger et les Clubs de la race vont se créer : en 1958 au Pays-Bas, en 1968 aux USA, en 1971 en Grande-Bretagne.

Le Bouvier Bernois est considéré par beaucoup comme le plus beau chien du monde pour son esthétique et l’harmonie de ses couleurs comme le disait le Professeur Heim “  le Bouvier Bernois est le plus beau de tous les chiens. D’autres races sont intéressantes et belles pour leurs particularités. Le Bouvier Bernois ne paraît beau à cause de sa normalité. A mon avis aucun autre chien ne se rapproche autant de l’archétype du Canis domesticus. ”


 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.