Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Articles Divers
Epigramme à une chienne décédée 30/06/2011 [Lu 689 fois]
"Comme elle était douce, comme elle était gentille,

Celle qui, lors en vie, reposait sur mon sein,

Partageant constamment mon sommeil et mon lit !

O quel malheur, Myia, que tu sois décédée !

Tu aboierais aussitôt en toute impudence,

Contre un rival couché auprès de ta maîtresse.

O quel malheur, Myia, que tu sois décédée !

Dès lors, à ton insu, retenue au sépulcre,

Tu ne peux ni gronder, ni me sauter dessus,

Tu n’as plus la joie de me mordre gentiment."

Catulle (environ 50 avant notre ère)

Autre épitaphe

"Le visage baigné de larmes, je t’ai porté, ma petite chienne, comme je l’ai fait avec plus de joie durant quinze ans.

Désormais, Patricè, tu ne me donneras donc plus mille baisers, et tu ne pourras plus, avec plaisir, te coucher sur

mon cou. Avec tristesse, je t’ai déposée dans la demeure de marbre à laquelle tu avais droit et je t’ai unie

définitivement à mes propres mânes. Tu étais dressée à imiter l’homme par des attitudes expressives : quel trésor

j’ai perdu, pauvre de moi ! Toi, douce Patricè, tu avais l’habitude de venir à ma table, de demander gentiment, sur

mes genoux, de la nourriture, tu étais habituée à lécher, de ta langue experte / rapide, la coupe, que souvent mes

mains ont tenu en l’air pour toi, à m’accueillir fatigué, de ta queue fréquemment joyeuse, et à me dire toutes sortes

de gentillesses par ton expression corporelle."

Epitaphe pour une chienne gauloise (Concha signifiait coquillage) morte en mettant au monde ses chiots:

"
En Gaule je suis née, et Perle (Concha) était mon nom, un nom qui fut tiré des richesses de l'onde, un nom qui allait bien à ma beauté insigne. L'audace me faisait courir ici et là les sentes forestières, chasser, dans les vallons, les bêtes fauves hirsutes. Je ne supportais pas d'être tenue en laisse, et mon pelage blanc refusait du bâton l'inadmissible offense. J'étais sur les genoux du maître, de sa femme, et puis, lassée, j'allais sur un lit bien moelleux. Je savais m'exprimer mieux qu'il n'est ordinaire par ma face de chien et son muet langage. Mais jamais mes abois n'ont effrayé personne ! Maintenant, je suis morte, en donnant la lumière aux fils que je portais. Sous ce marbre exigu m'emprisonne la terre..."

Hommage à un petit chien bouledogue français par Maurice Maeterlinck


"J'ai perdu ces jours-ci un petit bouledogue. Il venait d'accomplir le sixième mois de sa brève existence. Il n'a pas eu d'histoire. Ses yeux intelligents se sont ouverts pour regarder le monde et pour aimer les hommes, puis se sont refermés sur les secrets injustes de la mort (...) 
Pelléas avait un grand front bombé et puissant, pareil à celui de Socrate ou de Verlaine et sous un petit nez noir et ramassé comme une affirmation mécontente, de larges babines pendantes et symétriques faisaient de sa tête une sorte de menace massive, obstinée, pensive et triangulaire. Il était beau comme un beau monstre naturel qui s'est strictement conformé aux lois de son espèce. Et quel sourire d'obligeance attentive, d'innocence incorruptible, de soumission affectueuse, de reconnaissance sans bornes et d'abandon total illuminait, à la moindre caresse, cet adorable masque de laideur ! D'où émanait-il, au juste, ce sourire ? Des yeux ingénus et attendris ? des oreilles dressées vers les paroles de l'homme ? du front qui se déridait pour comprendre et aimer, des quatre dents minuscules, blanches et débordantes, qui sur les lèvres noires rayonnaient d'allégresse, ou du tronçon de queue qui, brusquement coudé, selon la coutume de la race, s'évertuait à l'autre extrémité pour attester la joie intime et passionnée qui remplissait un petit être heureux de rencontrer une fois de plus la main et le regard du dieu auquel il se livrait ?"






 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.