Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Races canines
L'origine du Berger Allemand gris 12/07/2011 [Lu 4302 fois]
L’ORIGINE DU BERGER ALLEMAND GRIS A PARTIR DE HORAND VON GRAFRATH  ET KLODO VON BOXBERG


Les premières descriptions de bergers en Allemagne, vont évoquer le Hovawart à oreilles pendantes, dont le nom signifie en vieil allemand « chien de ferme ». On en parle dans « Sachsenspiegel » d’Eike von Repgow qui date de 1250. Plusieurs auteurs signalent que les bergers n’hésitaient pas à pratiquer de temps à autre du métissage avec le loup pour rendre la race plus endurante et rustique, comme cela se faisait à l’époque pour les chiens de vénerie.

On trouvait des types différents selon la région, plaine ou montagne, avec des rôles bien définis comme chien de conduite et de protection pour les troupeaux. Avec la révolution industrielle qui commence sous Bismarck en 1870, les chiens de bergers commencent à perdre leurs fonctions.

La première sélection date de 1877, grâce à Wachsmuth de Hanau et à Sparwasser de Francfort.

En 1891, le capitaine Riechelmann Dunnau et le comte von Han vont créer une association pour la sélection nommée « Phylax ».

Les souches originelles étaient issues du Württemberg (taille puissante, oreilles tombantes, couleur sombre) et de Thuringe (taille moyenne, robe grise, oreilles dressées).




Type Thuringe et Wurtemberg

En ce qui concerne l’utilisation pour la reconversion de chien de berger, comme chien de police on doit évoquer le Dr Gerland de Hidesheim qui va présenter les premiers chiens dressés en 1896.


Le vrai créateur de la race fut le Rittmeister (capitaine) Max Emil Friedrich von Stephanitz (30 décembre 1864-22 avril 1936), qui va créer le Zuchtbuch (livre des origines) avec son ami Arthur Meyer.


Le premier berger allemand inscrit fut Hector Linksrhein (père: Kastor Rüde et mère: Lene Sparwasser) issu de l’élevage de Friederich Sparwasser de Francfort acheté par Eiselen de Heidenheim (élevage « Von der Krone », que Stephanitz rachètera le 3 avril 1899 à Karlsruhe (dont le nom fut transformé en Horand von Grafrath, celui de son élevage).

Le grand-père de Horand était Grief (né en 1882) au Baron von Knigge qui fut présenté à Hanovre en 1897. Au début de la race les objectifs sont clairs, ils sont définis dans le standard de 1899, la couleur n’a aucune importance : « Est berger allemand, tout chien de berger vivant en Allemagne qui grâce à un exercice constant de ses qualités de chien de berger atteint la perfection de son corps et de son psychisme dans le cadre de sa fonction utilitaire ».

Dans l’ouvrage de von stephanitz, paru en 1921 « Le berger allemand », de 776 pages, Horand est décrit comme le berger allemand idéal qui devait servir de modèle à la race.


Horand von Grafrath

Hauteur au garrot : 60/61 cm

Longueur : 66/67 cm

Poids : 25 kg
Couleur : gris



 Von Stephanitz et Horand



Description de Horand par von Stephanitz


„ Horand incarna pour les passionnés de cette époque la réalisation des rêves les plus ambitieux. Grand par rapport aux chiens de l’époque, il mesurait 60/61 cm(…). Son ossature était imposante, ses lignes harmonieuses et sa tête avait une expression noble. Sobre dans sa structure, c’était un vrai paquet de nerfs. Son caractère était à l’image de ses qualités : merveilleux dans son attachement fidèle au maître, il alliait une véritable nature aristocratique à une formidable volonté de vivre. Bien que dans sa jeunesse, il n’est reçu aucune forme dressage, il était attentif et répondait à n’importe quel signe de son maître ; par contre, livré à lui-même, il devenait le pire des coquins, le plus sauvage des braconniers et un incorrigible batailleur. Jamais fatigué, toujours en mouvement, bien disposé envers les étrangers inoffensifs, jamais soumis, joyeux avec les enfants et…perpétuellement amoureux. »

Horand allait avoir 150 descendants mâles, dont le plus célèbre fut Hector von Schwaben, dont la mère, Mores Plieningen, était une vraie chienne de troupeau. 



VA Hektor von Schwaben

Hector von Schwaben





Lors du championnat de 1925, Stephanitz donna le titre à Klodo Von Boxberg né le 20 août 1921 (éleveur : Dienemann Gotha), un autre chien gris et feu, plutôt petit, plus long que la norme, au caractère bien trempé.



Pedigree de Klodo von Boxberg

Parents
Les grands-parents
Arrière-grands-parents
Arrière-arrière-grands-parents
Erich v. Grafenwerth  
(père)
Alex v. Westfalenheim
Hettel Uckermark
Roland v. Starkenburg
Gretel Uckermark
Bella vd Leine
Ajax v Hohenstein
Ilse vd Warmenau
Bianka v Riedekenburg
Hettel Uckermark Roland v. Strarkenburg
Gretel Uckermark
Flora Berkemeyer
Harras v Lippestrand
Cilla Distelbruch
Elfe v. Boxberg
(mère)
Etzel v Herkulespark
Jung Dites vd Kriminalpolizei
Dites vd Kriminalpolizei
Gerta v. Badboll
Hexe v Mundsdorf
Hettel Uckermarck
Asta v Mundtsdorf
Doni v Wyhratal
Falko Scharenstetten
Horst v Boll
Adelheid v Scharenstetten
Werra v Heinrichsruh
Baron v Heinrichsruh
Lotte vd Syra




La couleur de Horand ou de Klodo n’est plus à la mode en ce moment, surtout dans les pays où on préfère les chiens de show à ceux du working, par exemple en France c’est nettement le noir et feu qui domine en expo, pourtant dans les pays où il est d’abord considéré comme chien d’utilité, le gris est la couleur principale.


 Pourtant le gris n’est pas exclu du standard qui donne les couleurs autorisées : « Noir, avec des marques brun rouge, brunes ou jaunes jusqu'à gris clair. Noir et gris unicolore, le gris étant charbonné (ombré). Manteau et masque noir. De petites taches blanches discrètes sur le poitrail ou une coloration très claire à la face interne des membres sont tolérées, mais pas recherchées. La truffe doit être noire dans toutes les variétés de couleur.
L'absence de masque, des yeux clairs à perçants, des marques claires à blanchâtres sur le poitrail et à la face interne des membres, des ongles d'une couleur claire et le bout de la queue rouge seront pénalisés en tant que signes de pigmentation insuffisante. Le sous-poil est d'un gris léger, le blanc n'est pas admis. ».

○ le noir: le chien ne possède que de l'eumélanine noire.
° le noir et feu: il est en majorité noir, les marques fauves se localisent aux extrémités: gueule, lèvres, joues, paupières supérieures, gorge, poitrine, pieds, faces antérieures des cuisses, dessous de la queue et anus. 

○ le fauve: tout le pelage est fauve (phaeomélanine). La présence

d'eumélanine se limite à la truffe, aux yeux, aux coussinets, aux babines...




Pour connaître parfaitement les coloris des loups qui sont similaires à ceux du berger allemand, je dois dire que la palette est assez large : gris, gris sombre, gris moyen, gris clair, gris-noir, gris charbonné, gris-brun, noir-gris, gris-jaune, gris sombre avec masque noir, gris avec striures noir et brun, gris-brun avec marques noires sur les membres et les doigts, gris avec taches brunes.

Dans le sud de l'Europe (Espagne, France, Italie, Balkans...), le pelage est gris-fauve, plus ou moins mélangé de poils noirs. On peut trouver un mélange de poils blancs, bruns, gris, noirs, avec presque toujours des tons plus sombres sur le dos. Le mélange des couleurs du poil et du sous poil peut donner au gris une teinte jaunâtre-grise, et au gris-loup une teinte brunâtre-grise Si le pelage du loup italien (C. l. italicus) est à dominante grise fauve, celui du loup espagnol (C. l. signatus) est à dominante rousse avec des marques sombres sur les pattes, le loup arctique (C.l.arctus) est blanc ainsi que souvent le loup de Sibérie (C.l. albus), le loup rouge (C.l.rufus) a un pelage brun-rouge. Dans la toundra, le Mackenzie (canada) ainsi que dans plusieurs régions du monde il peut être noir.

En 1933, les bergers allemands blancs sont interdits par le SV, on craint l'albinisme qui pourrait dégénérer la race, les chiots blancs sont tués à la naissance.


Joseph ORTEGA et Thor B.A. gris RCI 3 FCI 3

BLITZ

Blitz Origine Tchéquie à 6 mois, à joseph ORTEGA

Hitler et le berger allemand gris


Son premier chien nommé Prinz était un berger allemand en 1921. Ce chien qu’il avait confié à quelqu’un réussit à rejoindre son maître.

Le second fut Blondi, une femelle qui lui avait été offert par Bormann en 1941, elle mourut avec lui à Berlin dans le Bunker dans lequel il était réfugié.








Adolf Hitler et Eva Braun  à Berghof sa résidence dans le Obersalzberg avec Blondi



 

ImageRoland von Starkenburg
Pére: Heinz von Starkenburg

Mére: Bella von Starkenburg

BA gris à l'attaque en Russie

        


 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.