Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Articles Divers
La Transhumance et les bergers 16/07/2011 [Lu 1632 fois]
La SCC vient de se mobiliser pour sauver le Berger de la Crau, qui à l’origine était le chien qui aidait à la conduite des troupeaux dans la plaine ou pour la transhumance.
 

Ce chien décrit comme de taille moyenne, avec une robe noire et bouclée, des yeux marrons orangé à jaune, serait le descendant bien modifié du fameux berger du Languedoc décrit par Pierre Mégnin: "Le chien du Languedoc est peut-être le plus ingénieux et le plus fort de tous les chiens de berger. Il a un poil rude, assez court et serré, jaune foncé (le berger de Camargue était décrit avec un poil fauve ou noir) et une forte mâchoire. Généralement la queue est coupée ce sont les chiens du Languedoc qui conduisaient des troupeaux immenses de 10 à 20 000 bêtes, divisés en "escabaux ou "escabais" de 2 à 4000 têtes, conduits par cinq à six chiens avec sept à huit bergers et un maître gars en tête, séjournant l'hiver en basse Provence ou en bas Languedoc et à la mi-mars se rendant en Camargue où ils restaient jusqu'à la Saint Michel (29 septembre), et à cette époque se rendaient sur les coteaux de Saint Gilles de Beaucaire et d'Aigues-morte. les étapes étaient de 18 à 20 km par jour. Dans sa province on l'appelait le Farou.".

 Pierre Mégnin: « Jusqu’en 1893, même dans les expositions canines, on ne distinguait aucune race; les diverses appellations: chien de Brie, de Beauce, des Pyrénées, Picard, de la Crau, du Languedoc, des Ardennes, etc. n’avaient trait qu’à leur pays d’origine. »

Le troupeau connait bien ses bergers et ses chiens et il se soumet de bonne grâce aux ordres directionnels, comme les meneuses élevées au biberon par l'homme, qui entraînent les autres bêtes: "L'oil del pastre engrassa lo tropel" (la présence (l'oeil) d'un berger donne des brebis bien grasses). Ces brebis utilisées comme guides sont porteuses de sonnailles; dans les pays occitans on dit que lors du passage dans les drailles (chemins) qui mènent aux pâturages, la clape (sonnaille), dit: "On monte, on montera", celle des brebis répond "On redescendra", et celle des moutons "Peut-être...". Dans les Pyrénées la sonate aux montagnes sera composée des "Toupias", "Trucous" et "esquiros". Ces meneuses se reconnaissent également à la floque qui est en Provence une mèche tressée, dans le Languedoc la "Coutelade" (mèches longues intercalées, dans les Cévennes la boule de laine appelée "Rose" n'a qu'un rôle esthétique.

L'équipement du berger, en dehors du chien, c'est un bon vêtement chaud qui abrite de de la pluie ou du vent (cape, limousine), avec un chapeau à large bord contre les intempéries ou le soleil. Plus tard on vit apparaître le grand parapluie à baleines de bois pour ne pas attirer la foudre. Pour s'abriter il peut avoir une cabane sur roue tirée par des ânes ou des boeufs ou une cabane cercueil portée par des hommes. Il a avec lui le bâton si utile qui peut prendre plusieurs formes: houlette pour attraper le mouton récalcitrant, cuillère en fer pour projeter de la terre, fouet pour faire avancer le troupeau. Ce bâton de berger servait à la défense, à la conduite ou parfois de paratonnerre si on le plantait en terre par temps d'orage. Dans son matériel on trouve de quoi soigner le piétin (traumatisme du pied qui favorise l'infection, ou par carence alimentaire ou de zinc) des bêtes. On trouve donc de quoi soigner les bêtes mais également de quoi lire l'avenir ou jeter des sorts, car le berger à la réputation de connaître les bonnes et les mauvaises plantes.


Houlette

C'est quoi la transhumance?

Le principe de la transhumance est simple, à l’approche de l’été, lorsque les plaines sont rasées par les nombreuses bêtes et que le fourrage vient à manquer dans les pâturages, quelle que soit la région, il est temps de se diriger vers la montagne. Certaines régions humides ont la chance de pouvoir subvenir aux besoins des animaux et leurs moutons demeurent, comme on dit dans les Pyrénées « riveriegos », mais la plupart des autres régions sont obligées de transformer leurs bêtes en « transhumantes ». En 1782, environ 1 million de moutons se déplaçaient entre Arles et les Alpes par troupeaux de 10 000 à 40 000 bêtes, un périple d’un mois en moyenne.

 

Le cheminement se fait depuis des siècles par les mêmes chemins, les « canis ramaders », en longues colonnes bêlantes et tintinnabulantes (par les sonnailles ou « sonals »), jusqu’aux lieux de pâturage où le berger trouvera refuge dans une cabane assez rustique faites de pierres qu’on nomme « orrys », « jasses » ou « cayolars »

 

La transhumance obéit à des règles ancestrales dans toutes les régions où elle a lieu.

Tout commence par un rassemblement des bêtes qui appartiennent à plusieurs propriétaires. Les accords doivent être établis concernant le prix de la pension par bête et la location des herbages dans la montagne. Les brebis passent alors à la tonte électrique, sauf pour quelques unes qui vont être décorées pour colorer la procession (on leur laisse des touffes de laine qu’on ornera de pompons de laine de couleur). On place à certaines des sonnailles en laiton avec des battants en os et des colliers de bois de châtaigniers ou de micocouliers plus rigides que le cuir. Selon l’âge de l’animal la cloche sera différente.

Pour guider le troupeau on met en tête le « menou », une bête imprégnée à l’humain qui connaît bien les hommes et les chiens, qui ne stresse pas facilement et qui répond à quelques ordres.

 

concours-région.blog50.com



Quelques noms en Lozère et en Aveyron :

 

-          Gavach : montagnard

-          Gralho : repas

-          Cadelh : petit chien

-          Sonals et dralhaus : cloches

-          Redon, clape, pique : noms de cloches

-          Pegador : sert à marquer

-          Chourrent : mangent

-          Tanquent : s’immobilisent

-          Faisses : terrasses

Noms issus de "berger"

Selon la région et les animaux qu'il garde il prendra le nom de:

-Chabrol, cabrol, chevrier, chabrier, chevrot, gazeau (Gazel c'est la chèvre en langue d'oc)

-Mouton, moutonneau, cagnel (save lou cont d'i cagnel blanc: connaissez vous le conte du mouton blanc, en Langue d'Oc), canivel, belin, blaine, beliot (bélier)

-Bouc, bouquin, bouquet

-Berger, bergeron, bergevin, bergez, schaeffer (Alsace)

-Troupel










 Texte, Copyright Joseph ORTEGA

 

Pour en savoir plus, voir le dernier livre de Joseph ORTEGA "Le LOUP REVIENT - Les chiens de protection des troupeaux", en vente dans ce site!



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.