Accueil   Présentation   L'auteur   Photos/Vidéos   Livre d'or   FAQ   Nous contacter  
 

   Votre panier
  Actuellement 0 Produit(s)
  Les articles
  Articles Divers
  Ethologue - Ethologie - Loup
  l'école du chiot
  Flair pistage et détection
  dessin et texte humoristique
  La méthode naturelle
  Le chien visiteur
  Les idées recues sur le chien
  Les troubles du comportement
  Mauvais traitement envers un animal
  l'obérythmée
  Races canines
  Témoignage
   Rechercher un article
 
  Actualités
  Les stages
  Notre élevage
  Boutique en ligne
  CD
  Livres
  Polos
  Stages
  Articles
  Compte client
    Page Facebook






Les articles : Flair pistage et détection
Le chien de recherche en surface ou questage 05/08/2011 [Lu 2012 fois]

LA RECHERCHE EN SURFACE OU QUESTAGE

C’est ce que l’on nomme « la quête croisée » que ce soit pour le RCI dans les épreuves mordantes, le chien sanitaire en Suisse, le chien de chasse de quête. Cela consiste à envoyer le chien d’un côté à l’autre du maître, sur une certaine distance, pendant que celui-ci progresse sur la ligne médiane. 

Cette méthode permet de retrouver rapidement une personne dans une zone délimitée, souvent isolée (forêt, cultures hautes comme le maïs) même si on ne dispose pas d’identité olfactive de celle-ci à fournir au chien.

Quête vient du latin « quaerere » qui signifie chercher, devenu au moyen-âge « quester » : chercher ou rechercher. L’éducation à la quête est très simple, elle demande seulement d’avoir un chien obéissant et motivé par le jeu.

Méthode d’apprentissage

-         Apprendre au chien à se diriger dans la direction indiquée par le maître.

On place le chien au « pas bouger » ou on le fait tenir par quelqu’un s’il s’agit d’un chiot. On lui montre ostensiblement que l’on a un jouet à la main que l’on va placer à une vingtaine de mètres, sur un piquet surmonté d’une coupelle afin qu’il puisse le voir de loin sans mettre le nez au sol pour le chercher. On retourne au chien et on lui indique la direction du bras, en disant « quête », le signal qu’il doit mémoriser (et non « apporte »). Il part rapidement et rapporte, il est largement félicité et récompensé. Dans tout l’apprentissage on choisira le travail avec le vent de face pour aider le chien.

-         Envoyer dans l’autre direction

On recommence selon le même principe, mais cette fois, dès qu’il a rapporté l’objet à droite, on lui demande de rester sans bouger et on part replacer celui-ci sur la coupelle à 20 m à gauche. On l’envoie alors à la recherche avec un geste du bras gauche en disant « quête ».

-         Envoyer dans les deux directions

On place un objet sur coupelle à droite et un autre à gauche. On l’envoie en quête à droite, dés qu’il rapporte en l’envoie à gauche.

-         Avancer en quêtant

On peut maintenant placer 3 jouets sur des coupelles, lorsqu’il a rapporté le second on lui demande de rester au pied, on avance de quelques mètres et on le dirige vers le troisième objet à droite. Il ne reste plus maintenant qu’à rajouter des objets, un quatrième à gauche, puis un cinquième à droite, toujours aux mêmes distances. On doit pouvoir obtenir une recherche sur 10 objets.

-         Augmenter la largeur de quête (distance entre le maître et l’extrémité de la quête)

On va disposer les objets de plus en plus loin, jusqu’à obtenir des lacets d’environ 50 m.

-         On commence à supprimer les jouets

On laisse les piquets surmontés d’une coupelle mais on commence à supprimer les jouets que l’on pose sur elle, ceci de manière aléatoire. Par contre il est normal au début, que le chien se mette à chercher au sol pour voir s’il trouve son objet, à se moment là on rappelle et on envoie sur le prochain. Eventuellement, pour certains chiens, le maître peut jeter un jouet lorsqu’il revient avant de l’envoyer sur le prochain.

-         Il n’y a plus de jouet

On ne met plus de jouets sur les coupelles, on le récompense de manière  aléatoire, lorsqu’il revient pour repartir dans l’autre direction.

-         On commence à supprimer les piquets

Normalement le conditionnement doit être en place, on commence donc progressivement par supprimer les piquets. 

Le chien doit avoir compris qu’il doit partir rapidement dans la direction indiquée et revenir à l’ordre (il vaut mieux utiliser le sifflet qui s’entendra mieux en forêt) pour aller dans l’autre direction. La récompense et le jouet ne devraient maintenant être utilisés qu’après le dernier lacet. 

-         On change les conditions de milieu

Si l’apprentissage peut se faire sur un terrain de football ou dans un pré, la préparation demande une adaptation aux différentes sortes de milieu : labours, buissons, terrain humide, forêt, etc.

-         Désignation de la personne

On travaille cet exercice en parallèle de la quête, ainsi lorsque les deux apprentissages seront acquis, on pourra les assembler. L’objectif c’est d’apprendre au chien que s’il trouve une personne lors de sa quête, il doit manifester clairement sa découverte. 

Le plus simple c’est l’aboiement, mais on peut lui apprendre également à revenir vers son maître et l’inciter à le suivre par un comportement particulier (aboiement, assis en fixant, saisir le témoin qui pend sous son collier comme en sanitaire, etc.). Le maître met alors la laisse à son chien sur la chabraque de recherche et celui-ci le conduit à la personne.

Application pratique de la quête

On indique au maître une zone à faire explorer à son chien, il se place au bord de la partie médiane, son chien au pied. 

Il l’envoie battre le terrain à gauche et à droite sur une largeur de quête qui peut aller de 50 à plus de 200 mètres (en forêt ou dans les hautes herbes il ne verra plus son chien, dans ce cas il existe un moyen de faire une exploration régulière de la zone, il suffit de compter en fonction de la rapidité de son chien, par exemple au bout de 70 à droite il donne le coup de sifflet, dés que le chien passe devant lui il compte 70 à gauche, etc.). 

Il est important de signaler que la profondeur de quête (distance à la quel le chien va passer devant le maître lorsqu’il change de sens) ne doit pas excéder 5 à 10 m, le plus près est le mieux, sinon en zone de taillis ou par épais brouillard il ne le verra pas. 

Il est évident que l’on peut utiliser des moyens modernes de repérage, pour éviter de perdre son chien que ce soit en recherche en surface ou en pistage utilitaire lorsqu’on est obligé d’enlever la longe, c’est le collier de positionnement. 

Il peut s’agir d’un récepteur télémétrique/GPS efficace jusqu’à 25 km en GPS, et jusqu’à 55 km en télémétrie (c’est ce que nous utilisons pour suivre les loups sauvages). Il est utilisable de -30°C  à +50°C, et jusqu’à 1 m sous terre. Certains appareils peuvent envoyer un sms, un mail, un fax, un message sur serveur vocal.

Pour en savoir plus, le livre "le flair du chien - Pistage et détection", en vente dans le site 

Envoi de Kurt (plusieurs fois finaliste Champ. RCI et Pistage FCI) en recherche, avec Joseph ORTEGA



 
Accueil  |  Contacts  |  Liens  |  Conditions générales de vente
Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publié
Ce site est destiné à l'amélioration de la relation Homme / Chien et cela dans le respect de l'animal.

Les illustrations, les logos, les documents et le titre du site: "L'Ecole du chiot et la Méthode Naturelle" sont soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle (copyright). Toute personne s'inspirant, ou utilisant ces derniers, s'expose à des poursuites judiciaires et au versement de dommages et intérêts ainsi que de frais de dépens. les personnes ou Associations qui désirent reproduire un des texte contenu dans le site, doivent en faire la demande écrite à l'auteur et s'engager à mentionner le nom de l'auteur ainsi que le titre complet du site. Ceux qui possèdent un site qui reproduit un des textes peuvent demander à établir un lien avec ce site, celui-ci sera accordé après contrôle du Webmaster et de l'auteur.